18/06/2010

Ce que devient la littérature à l'ère numérique

typewriter.jpgCe n'est pas tous les jours qu'on lit un article stimulant sur la littérature numérique. Le sujet est passionnant mais les experts sont peu nombreux. Les médias grand public sont remplis d'âneries proférées par les vedettes de l'ancien système éditorial, occupées à défendre leur chasse gardée (on s'amusera ainsi à lire les bêtises que Frédéric Beigbeder a fait imprimer par l'Express il y a deux jours).

 

Pour cette raison, l'interview de Karl Dubost, passionné du web et amateur très éclairé (il a bossé pour le W3C), publiée par Lien Multimédia est revigorante.

 

Voici ce qu'il dit sur le livre numérique (mais allez lire le reste aussi) :

Encadré : Réflexion sur la littérature signée Karl Dubost
Modèles économiques de la littérature
La recherche du Saint Graal, du Bodhi est un mal symptomatique de ceux qui vivent du monde de la littérature. Entendez ici ceux qui ont leur activité professionnelle entièrement articulée autour de la littérature et donc qui en vivent. Les auteurs (à quelques très rares exceptions) ainsi que les lecteurs n’en font pas partie.

 

L’éditeur... Là encore, il faudra distinguer l’éditeur qui survit de quelques publications et est amplement financé par des fonds publics et l’éditeur industriel. Celui qui se pose des questions autour du modèle économique est le second. Cet éditeur là vît sur un système capitaliste (économie d’échelle, investissement dans un portfolio d’auteurs). Si le portfolio est diversifié et sur des valeurs qui ont une rentabilité intéressante, l’éditeur vît. Mais il exploite. Il exploite les auteurs et leur matière première. Il les dépouille de leurs droits.

 

Bien sûr, "la littérature s’épanouit sur la société et son infrastructure sociale , technique et économique". Cette infrastructure change par petites touches et puis parfois atteint un point de bascule qui redéfinit les contraintes du système.

 

J’ai bien sûr un rôle confortable car je n’ai pas à gérer ces entreprises que les éditeurs ont montées. Ceci rend mon discours peu crédible. Comme je l’ai dit à la journée, je suis « le touriste de la littérature »

 

Cependant, quand vous pensez « modèles économiques » vous êtes déjà dans le mauvais chemin. Vous êtes déjà dans le passif, dans le contemplatif. Il serait beaucoup plus sain de partager les expériences qui ont eu du succès et celles qui ont échoué. Il y aurait ainsi un espace d’ouverture sain. Robert ne veut pas lire et Publie.net expérimentent et partagent ce qu’ils réalisent.

 

Il n'a pas tort, Karl Dubost. Mais je reste convaincu qu'il y a moyen d'explorer, d'inventer ET de vivre de cela, de la même manière que les performeurs, en art contemporain, ont dû inventer des manières de subsister autres que la vente de toiles ou de sculptures. Ils y sont très bien arrivés, y a pas de raison qu'on reste dans l'échec.

 

Il faut juste remplacer le modèle de Marc Levy par celui de Chris Burden. Entre les deux, c'est clair, j'ai vite choisi...

 

PS : Merci à François Bon, qui a diffusé sur Twitter le lien vers l'interview de Karl Dubost.

 

 

07:07 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

17/06/2010

Une Belgique à deux vitesses

belgiqueTF1.jpgPendant toute la campagne électorale qui a mené les electeurs de Flandre à choisir un parti nationaliste et indépendantiste pour conduire le pays dans les prochains années, on a brassé des clichés sur la Flandre qui se replie sur son identité alors que le Wallon se croise les bras et se complaît dans son rôle d'assisté.

 

Ce ne sont que de vilains clichés. J'en ai à présent la preuve !

 

J'ai reçu hier ce courrier électronique, auquel je n'ai pas changé une ligne. Non, il ne provient pas d'une école professionnelle de La Louvière, il arrive en direct d'une bonne école de Flandre.

 

Je vous laisse savourer.

 

"Bonjour Nicolas!

Moi je suis une étudiante flammende et demain j'ai mon examen orale de français.Pour ça je dois lire ton livre quartième étage, mais je comprends pas beaucoup. Ma question est maintenent si tu peux s'il vous plait s'il vous plait résumer le livre avec les details les plus importants..

Merci d'avance! "

 

Je ne suis pas certain que la jeune fille aura de très bons points à son examen ce matin ! Mais, comme je suis optimiste à travers tout, ce message me réjouit : je découvre que certains profs donnent à lire "Quatrième étage" dans des écoles en Flandre. Ça me fait très plaisir. Ça montre bien que les ponts ne sont pas coupés entre le nord et le sud de la Belgique :-)

10:15 Publié dans Ecriture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : école, belgique, flandre, séparatisme, littérature | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer