Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2011

Le roi des éditeurs

Dans le cadre de l'opération Vases Communicants, j'ai le plaisir de céder ce blog, le temps d'une note, au Roi des Editeurs, qui publie ici une version remaniée de sa 8e semaine de Twits au nom de lâââa grrrande littérrraturre.

Pour suivre ses aventures en direct, une seule adresse : http://twitter.com/roidesediteurs

 

RDE.PNG


CINQ HISTOIRES DU ROI DES EDITEURS (8e semaine)

 

« J’aime beaucoup ce que vous écrivez, surtout vos textes gratuits sur le web, dit le roi des éditeurs à une jeune auteure. On ferait pas un p’tit bouquin vous et moi ? Pour les droits d’auteur, voyez-vous, on sait plus du tout où on en est. Les augmenter ? Vous n’y pensez pas ! Il faut que vous sachiez que le numérique nous coûte très cher, notamment en défense et surveillance de nos côtes. Les pirates sont en effet nombreux à pénétrer dans nos eaux territoriales et à débarquer de nuit leurs marchandises. Et il n’y a pas un jour sans qu’ils coulent l’un de nos propres navires, enrage le roi des éditeurs. »

 

« Vous reprendrez bien un peu de tête d’auteur ? demande le roi des éditeurs en tendant l’énorme plat aux critiques littéraires. C’est fait maison. La recette ? J’ai pris les trois ou quatre meilleurs auteurs de mon cheptel. Je ne vous dirai pas leurs noms, et vous laisse deviner… Exact, il y a du Le Clézio de la période mexicaine, mêlé d’un chouya de Régis Jauffret, d’où le goût un peu acide. Vous avez peut-être remarqué l’arrière-goût de Philippe Sollers, j’ai choisi sa période Femmes. D’où la sensation légèrement sucrée. »

 

Le pape de la littérature a osé donner son accord pour une édition numérique d’une de ses œuvres publiée jadis chez le roi des éditeurs. Le roi des éditeurs fulmine, et fait aussitôt brûler tous les volumes du pape de la littérature dans la cour du château. La nuit suivante, il prépare lui-même les épreuves empoisonnées des œuvres complètes du pape de la littérature. « Il l’aura sa Pléiade, il l’aura ! » hurle-t-il en badigeonnant chaque page d’un liquide verdâtre et épais. « Lui qui croyait y être publié vivant, c’est la Pléiade qui va l’entraîner dans sa tombe ! » ricane le roi des éditeurs.

 

« Le dauphin Jean-Pierre est définitivement un bon à rien », songe le roi des éditeurs au milieu de toute cette agitation. Je ne le vois pas reprendre la mystique Maison, ça non. Comment a-t-il réussi à faire un fils si doué ? » La reine du blog raconte que le roi des éditeurs a ourdi un complot contre son propre fils. Le roi des éditeurs songerait à nommer plus tard son petit-fils Gustave comme son successeur, et à se débarrasser du dauphin Jean-Pierre. Mais comment s’en débarrasser ? « Ah, les méthodes du passé sont les méthodes du passé ! » regrette le roi des éditeurs.

 

Le roi des éditeurs a trouvé son nouveau conseiller pour le numérique : ce sera son archiviste, Albert Noisetier. L’archiviste connaît bien la mystique Maison : il en a exploré les tréfonds pendant soixante ans. Courant devant tous les micros, il s’efforce de faire croire que l’avenir du numérique se confond avec l’exploitation juteuse de ce fonds. Comme le roi des éditeurs, Noisetier ne veut pas croire à l’existence d’une littérature nouvelle 100% numérique. « Tous ces gens qui s’autoproclament écrivains sont des amateurs, dit-il, laissez faire les pros de la littérature. »

 

Si vous cherchez les 7 premières semaines de la vie et de la mort du roi des éditeurs, vous les trouverez sur le site de Laurent Margantin, http://www.oeuvresouvertes.net/.

C'est là aussi, d'ailleurs, que vous trouverez aussi ma Lettre de refus pour libraire, publiée ce matin. Bon amusement et au mois prochain !

Vous trouverez ici la liste complète des participants aux Vase Communicants de juin.

09:38 Publié dans Blog, Ecriture, Trucs en ligne que j'aime | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

29/09/2009

5000 visiteurs

5000.jpgAu moment où vous lirez ceci, ce blog aura dépassé les 5000 visites ce mois-ci. Je n'ai aucune idée de ce que ça représente à l'échelle des blogs en général, mais je peux vous assurer que pour Post-It littéraire, c'est une grande première.

Ça doit s'expliquer par des tas de phénomènes concomitants :

- la rentrée littéraire et la sortie de mon roman "L'homme qui valait 35 milliards" avec sa bande-annonce ;

- la polémique autour de la couverture proposée pour la réédition de "Quatrième étage" en poche ;

- les remous autour du plagiat de la chronique de Boookomaton ;

- les renvois multiples de la part de Ferocias depuis son blog les Peuples du soleil (toujours plus populaire chez Wikio) ;

- les allers-retours entre les notes publiées ici et Facebook, où il y a plein de gens sympas et réactifs.

En tout cas, merci à toutes et tous pour vos nombreuses lectures !

 

02/02/2009

L'adresse du classemement Wikio 2009

wikio.jpgC'est bien beau de palabrer au sujet du classement Wikio mais il me semble que je n'ai même pas donné l'adresse de ce merveilleux outil de compétition entre blogueurs littéraires. Ça fait un peu brouillon, non ?

Alors je corrige ça illico et je vous envoie en direct vers le classement de février 2009, qui deviendra bientôt classement de mars 2009, puis classement d'avril 2009 et ainis de suite, puisque ce hit-parade sans chanteurs est mis à jour, à la même adresse au début de chaque mois.

Intéressant, n'est-il pas ? Non, vous avez raison, les classements, ce n'est pas terrible, ça n'a d'intérêt que quand on les remonte avec fulgurance. Sinon, on les snobe bien volontiers.

10:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : wikio, classement, top, technocrati, mensuel, blog, popularité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

01/02/2009

Classement Wikio février 2009

tv.jpgA tout seigneur, tout honneur, je viens tout bonnement d'emprunter au blog Les peuples du soleil, le texte qui suit car il me convient parfaitement... J'y ai juste ajouté des renvois vers quelques autres blogs que je suis de temps à autre, auxquels je suis ravi de faire un peu de publicité...

Chaque fin de mois, les blogueurs les plus z'influents connaissent quelques sueurs froides, poussées d'adrénaline, craintes, espoirs,... C'est que le classement Wikio arrive à grands pas! Personnellement, je suis surtout amusé par cette effervescence.

Alors allons-y:

Partageons mon avis restera-t-il le premier dans la catégorie "Politique"?
De Tout, de Rien
regagnera-t-il une place dans la catégorie "Divers"?
Georges Flipo avancera-t-il de quelques rangs suite à la publication de son nouveau roman ?
Cathulu dépassera-t-elle La République des livres et le sieur Balmeyer ?

Voilà des vraies questions qui devraient apparaître sur ce blog au lieu d'inepties précolombiennes qui sont presque toutes tombées dans l'oubli. Au moins, j'aurais une chance de passer dans les cent premiers de la catégorie "Littérature" ^__^.

Puis, après avoir collé ça, je me souviens que l'émission la plus regardée de tous les temps à la télévision française était un reportage consacré à l'Audimat, ce petit appareil, placé à côté de quelques milliers de téléviseurs, pour mesurer l'audience des émissions. L'émission avait-elle vraiment drainé 100% ou presque des Français ce soir-là ? Non, bien sûr, mais elle avait remporté un franc succès auprès des ménages équipés de l'appareil, qu'on avait d'ailleurs interviewés pour le reportage. Pour une fois qu'on parlait d'eux dans le poste, il fallait qu'ils regardent. Et c'est ainsi que le premier reportage sur l'Audimat a complètement faussé les résultats de l'appareil de mesure, ce soir-là.

Jolie parabole, non ?

A force de parler des classements dans les blogs, on génère des notes, voire des blogs entiers qui ne font plus que ça, tenter d'augmenter leur visibilité et leur popularité dans les classements.

12:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : wikio, classement, top, technocrati, mensuel, blog, popularité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

22/01/2009

Ce blog est un foutoir

nytimes_smbz_postit.jpgOn me signale, à juste titre, que ce blog part dans tous les sens.

On y parle de littérature et d'écriture, de Liège et de BD, d'Internet (un peu) et de rencontres autour des livres (beaucoup). On y croise des questions, des débats, voire, parfois, quelques réponses... à des questions qu'on ne se pose sans doute pas.

Il n'est pas toujours facile d'y retrouver ce que l'on cherche... En admettant que l'on cherche quelque chose ici, d'ailleurs.

C'est bien normal qu'il faille fouiller un peu, car, à mes yeux, si une page web personnelle (une homepage, en anglais) est organisée et structurée comme une maison, un blog, en revanche, est un vrai foutoir, un tiroir dans lequel on fourre les idées comme elles viennent, un écran sur lequel on colle des post-it si nombreux qu'ils finissent par se recouvrir les uns les autres. Une page web ressemble à une maison, un blog à un cerveau. Tout y a une place et rien n'y est à sa place...

Alors, comment faire pour s'y retrouver ? Certainement pas avec le moteur de recherche interne, qui n'existe pas (vous pouvez utiliser Google en ajoutant derrière votre recherche site:ancion.hautetfort.com, ça marche, il ne cherchera que dans ce blog).

Vous pouvez utiliser les catégories, en voici la liste utile à ce jour :

Catégories

Ou encore les tags, que je vous recopie ici, selon l'état affiché dans la colonne de gauche ce 22 janvier 2009.
Bon, plus qu'une fois dormir avant que ce blog ne serve d'affichage publicitaire.
Dormez bien.
PS : L'illu est d'Alex Eben Meyer pour le NY Times. Joli, non ?

17:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : tag, tags, catégorie, blog, tri, classement, archive | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

08/01/2009

Peut-on faire des ratures dans un blog ? Oui, bien sûr !

bloratures.jpgLa réponse à la question du jour est un peu compliquée s'impose d'elle-même. Les ratures, les biffures, les corrections visibles sont intéressantes dans un blog, comme elles peuvent l'être dans un roman (c'est rare mais certains auteurs le font, comme Laurent de Graeve, il y a une bonne dizaine d'années déjà, mais je ne sais plus dans quel roman, désolé, je ne suis pas aussi organisé que Wikipedia). Ce que l'on cache est aussi révélateur que ce que l'on dit, les lapsus et les actes manqués font sens. Les changements de formulation ou d'idée sont aussi informatifs qu'une mise en gras, en italique ou en couleur. EN CAPITALE, même ou en grands caractères.

Un blog, après tout, est une forme de journal intime exhibitionniste, un agenda public où les idées, les rendez-vous, les notes, se bousculent, se superposent, entrent en collision et disparaissent au fil du temps.

Je tape vite, je réagis à chaud, je me trompe, l'information change, je trouve ça agréable et confortable de pouvoir changer du texte en conservant la version précédente visible, quand elle a encore un petit intérrêt.

Puis, je n'oblige personne à lire ce qui est barré. Pas plus ça que le reste d'ailleurs. Je n'oblige personne à venir ici.

Ah, oui, avant de refermer ce billet, j'allais oublier ! Si j'ai pensé à ce sujet de note, c'est parce que je viens d'apprendre que la date d'enregistrement du Jeu des Dictionnaires est avancée. Cela se fera le 19 février à la salle académique au Sart Tilman, aux Amphis de l'Europe de l'ULG. Vous êtes toujours les bienvenu(e)s ! La nouvelle date a l'avantage d'être située en dehors des périodes de bloque. C'est mieux pour les étudiants, non ?

 

PS : l'illustration en haut à droite vient d'un blog qui ne cite pas la source (mais propose un atelier d'écriture sur le thème des ratures) mais ça ressemble bel et bien à un bout du manuscrit de "Madame Bovary", non ? On reconnaît la patte de Gustave Courbet Flaubert.

15:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blog, écriture, littérature, rature, biffure, manuscrit, web 2.0 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

28/10/2008

Record de commentaires sur ce blog

chateauroux.jpgQui a dit que Châteauroux était une ville paisible et léthargique ? Certainement pas moi ! Depuis que j'ai gagné un an de cinéma gratuit au Cinémovida de Châteauroux (rappel des événements sur ce blog) grâce au Prix Jean Lescure, pour lequel j'avai écrit une nouvelle, et que j'ai organisé sur ce blog un concours pour faire gagner mon abonnement à un blogueur de Châteauroux, c'est l'avalanche, le déluge, l'invasion.

Tant mieux. Un blog vit mieux quand on l'assaille que quand on le laisse pourrir dans son coin de serveur ombragé.

Les votes avaient commencé gentiment, ils se multiplient à présent comme des poux dans la toison de Samson, on dénombrait 134 commentaires il y a quelques minutes à peine.

Peut-être cela éloigne-t-il ce blog de son sujet premier, la littérature ? Je ne le pense pas, c'est grâce à un concours d'écriture que j'ai gagné ce pass au Cinémovida de Châteauroux et toute cette histoire finira bien par alimenter une de mes fictions plus tard.

Et puis, qui sait, l'un de ces nombreux visiteurs aura peut-être envie de pousser la porte de son libraire et de repartir avec un de mes bouquins sous le bras. Qui sait ? On peut croire aux miracles, non ?

18/09/2008

Bain à Bulles a un an ! Joyeux anniversaire !

blobainabulles.jpgEt voilà, le temps passe : les enfants grandissent, les albums de BD qu'on lisait sans y faire attention quand on était gamin se revendent à prix d'or ou sont réédités (tiens, chez Dupuis, ils sortent l'intégrale de Johan et Pirlouit et un coffret avec les albums des Schtroumpfs dans la collection Carrousel, le petit format horizontal qu'on trouvait dans toutes les bibliothèques de famille quand j'étais petit, à côté des Martine et des Bob et Bobette. Jusque là, c'est normal, mais on ressort aussi la série Gully de Dodier et Makyo que j'adorais quand j'étais abonné à Spirou, au moment de la "nouvelle formule" en 1983, c'était publié en même temps que les premiers épisodes de XIII et les aventure du Privé d'Hollywood par Berthet, vous imaginez à quelle vitesse je descendais l'escalier pour récupérer mon hebdo favori dans le courrier), puis mon blog consacré à la BD, Bain à Bulles,ouvert une semaine après la création du site Bibliobs par l'équipe du Nouvel Obs et les gourous de rue89, vient de célébrer son premier anniversaire.

Une bougie !

Une bougie !

Désolé, mon alarme incendie s'oppose formellement aux gâteaux et aux chansons d'anniversaire qui finissent toujours en anglais.

N'empêche, Bain à Bulles a bien vécu, déjà, j'ai tenu le rythme d'un billet par semaine ou presque (pas toujours facile avec les voyages et les vacances), je préférerais me dire que j'écris un billet par jour mais pour pondre un texte il faut d'abord avoir lu au moins un album BD qu'on a envie de défendre et ça demande du temps, surtout qu'on en lit plein qui ne méritent pas qu'on leur consacre du temps ou de l'espace, ils se vendent sans cela, d'ailleurs, dans les rayons bd des grandes surfaces, ou ne se vendent pas du tout, peu importe, je pense n'avoir parlé que de trucs qui me parlaient, me touchaient, m'emballaient. Et ça, c'est un joli pari de gagné.

J'adore la bande dessinée, j'adore surtout quand les auteurs parviennent à inventer de nouvelles manière de raconter des histoires en mêlant les images au mot. Pas juste pour que ce soit nouveau, plutôt pour ne pas répéter ce qui a déjà été dit, montré et lu, surtout.

Plonger au fond des bulles pour trouver du nouveau, voilà un beau slogan.

Rendez-vous dans un an pour 50 coups de foudre de plus!

21:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bibliobs, bd, nicolas ancion, nouvel obs, critique, littérature, makyo | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer