15/09/2006

Le compte à rebours est lancé

Oui, le compte à rebours est lancé, mais depuis très longtemps déjà. Non pas celui qui décompte les jours d'ici le 8 octobre, comme le pensent volontiers nos politiques professionnels, mais celui qui annonce la fermeture de la phase à chaud dans le bassin liégeois.

Alors qu'on sait que Liège compte déjà aujourd'hui 30% de chômeurs, il n'est pas difficile de calculer qu'avec 2500 emplois directs perdus chez Arcelor et deux fois plus (estimation basse) en emplois indirects, le taux de demandeurs d'emplois à Liège atteindra des records nationaux et rejoindra les régions les plus sinistrées d'Europe. Et tout cela, sans bénéficier pour autant des aides européennes à la reconversion!

De toute façon, soyons honnêtes, on se demande tout de même ce que nos politiques actuels feraient d'une manne d'argent supplémentaire, à part créer des structures pour allouer les fonds, ou plutôt pour discuter entre encravatés des raisons pour lesquelles on n'a personne à qui les allouer.

Arcelor a promis de l'argent (il n'est, semble-t-il pas encore arrivé, il n'y a pas que pour le Tsunami que l'aide internationale se limite à des effets d'annonce ;-) et la création de milliers d'emploi. Aux dernières nouvelles (fort discrètes, d'ailleurs), on aurait réussi à en créer 250. Un score digne du gouvernement fédéral, qui doit bien, à ce jour, avoir créé un millier d'emplois sur les 200 000 promis!

Alors, où en sommes-nous?

medium_Venet3.1.jpg

Nulle part. 2009, c'est demain. Et comme rien n'a été mis en place à ce jour, on va droit dans le mur. A la Violette, on répondra certainement qu'Arcelor ce n'est pas la Ville de Liège et qu'il n'est pas du ressort de la commune de Liège de s'occuper de cela.

Pourtant, notre bourgmestre actuel n'est autre que le président de la fédération du PS, le patron de tous les mandataires parapublics qu'on a chargés de travailler pour la reconversion et le redéploiement.

Pourtant, le PS est à tous les niveaux de pouvoir en Belgique, à la Ville, à la Province, à la Région, au Fédéral. Il ne peut y avoir de meilleur contexte politique pour sortir la ville de l'ornière économique. Il n'y en aura jamais de meilleur, pour le PS, en tout cas. Marcourt à l'économie n'a rien fait de concret pour Liège, si ce n'est "pousser" la liste aux communales pour s'assurer un peu de visibilité personnelle.

Rien que de penser à tout cela, je suis honteux pour la Cité Ardente. On mérite mieux que ça.

Il est temps de changer la donne et de donner le pouvoir de décision à des gens qui ont envie de travailler et qui ont des idées pour changer les choses. Vous ne pensez pas?

12:00 Publié dans ecolo | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Nicolas, depuis votre victoire à Nouvelle au Pluriel, je n'avais plus de vos nouvelles jusqu'à ce que l'ami Stéphane parle de votre texte et vous fasse ressurgir avec bonheur.
Cette année, le concours finira sa carrière sur le thème de "Pour solde de tout compte" et je me suis pris à rêver que tous les lauréats des 11 concours participaient pour cete ultime rencontre. Pensez-vous que l'idée soit utopique ou pas ?

Écrit par : levoyer gérard | 19/09/2006

Salut, j'aime bien ton blog, est-ce qu'il serait ppossible de faire unn é cgange de liens. Si vous êtes d'accord contactez-moi par mail.

Écrit par : Champigny | 05/10/2006

Écrire un commentaire