27/02/2009

Traduction automatique ou intelligence feu d'artificielle ?

lee-stoetzel-computer.jpgOn trouve vraiment de très belle chose sur cette infinité qu'est le web 2.0. Des encyclopédies contributives, des photos de famille, du poker en ligne, des recettes de cuisine et...

... une biographie non autorisée (de moi).

Et quand j'écris non autorisée, ce n'est pas tant que les infos soient fausses (pour une fois), car elles ont été piquées sur Wikipedia, mais plutôt qu'elles ont été traduites par un robot kirghize encore au stade de prototype, pas très au fait ni de la grammaire anglaise ni du sens de ce qu'il pond au kilomètre.

Avis aux ingénieurs qui ont programmé la bête : il serait utile d'implémenter le patch prépositions 2.0, la version du logiciel présente dans la machine laisse un peu à désirer.

Je vous laisse juger par vous-même :

Nicolas Ancion is a Belgian writer born with Liege in Belgium, the May 23rd 1971, parents professional marionnettists.

As of its adolescence, it launches out in the writing of Théâtre and of Nouvelle S. Récompensé in 1989 and 1991 by the International prize Young people Authors, it publishes in 1995 its first novel, too blue Blue sky with the Editions of Hèbe, in Suisse. Then a series from novels and collections of poetry will come which will be worth many prices in Belgium to him and abroad. It was allowed within the Association of the Belgian Writers of French language. Nicolas Ancion is also critical books, cartoons and restaurants for Belgian periodicals. After Brussels, Madrid and Liege, he lives from now on Caux-and-Sauzens (Aude), where he settled with his wife and their two children.

Allez, à tout seigneur tout honneur, ce texte a été trouvé ici.

18/02/2009

Imprimer un roman, c'est comme imprimer un mémoire

AALFB_U_G0891.gifQui a dit que les hommes étaient monotâches ? Alors que je suis installé dans la cuisine avec ma bonne vieille imprimante laser (c'est la même depuis 8 ans, une Brother HL-1250, elle est solide, j'ai achevé trois PC entretemps, elle tient encore) pour sortir les deux exemplaires réclamés par l'éditeur (Fleuve Noir) du roman que j'ai traduit avec Axelle, qui s'intitule Le Pouvoir de la Force et qui sortira dans quelques mois (oui, vous avez bien deviné, il s'agit d'un roman tiré du jeu vidéo Lucasarts du même nom, The Force Unleashed en anglais), je reçois quelques messages sur Facebook pour me prévenir que je passe à la télévision en ce moment et que c'est magique d'être devant son poste avec l'ordi sur les genoux, à écrire à l'auteur qui, justement, dans le téléviseur, parle de Facebook. Le monde n'est-il pas merveilleux ? Non, car, le temps qu'on achève de rédiger le message, l'émission est déjà achevée. La littérature à la télé, c'est bien, mais aux heures sombres de la nuit et sans s'apesantir. N'empêche, qu'est-ce que ça me fait plaisir d'avoir été sur le plateau ce soir (pas en direct, vous l'aurez compris) pour répondre aux compliments de Thierry Bellefroid et sourire pour les photos de Michel Dufrasne (elles sont déjà sur Facebook depuis plusieurs jours, cherchez un peu).

Pendant ce temps, mon imprimante continue à cracher des feuilles. Imaginez un peu : 525 pages de manuscrit en deux exemplaires, sur une imprimante solide mais datée, ça ne sort pas en dix minutes. Mon pain a eu le temps de lever, de cuire et de refroidir. La cuisine n'est plus très chaude non plus. La lumière reste pareille à elle-même, ampoule économique mais suffisante.

Le rythme de l'impression bruite la nuit, on est loin du cri strident de l'imprimante à marguerite mais le bruit des pages et du mécanisme rotatif couvre largement celui de mes doigts sur le clavier.

Où voulais-je en venir, ah oui, les souvenirs qui remontent à la surface au moment où j'attaque l'impression. Le toner laisse des bavures dégueulasses sur toutes les pages. On parvient à peine à déchiffrer la police fadasse que j'ai utilisée pour calibrer le texte (1500 signes par page, pas plus, c'est prévu dans le contrat). Je sors la grosse artillerie. Un toner neuf (heureusement que j'en trimballe un dans mes armoires depuis trois ans, juste pour le cas où... ce soir arriverait un peu tôt). Je retire l'ancien, lis et relis es instructions, secoue la nouvelle cartouche comme demandé, place le papier dans le tiroir (il en faut des feuilles pour imprimer 1050 pages ! Faites le calcul vous-mêmes !) et ça démarre.

Puis ça dure. Ça dure encore au moment où j'écris ceci et ce n'est pas près d'arrêter. Je me demande si je ne ferais pas bien d'écrire un roman, plutôt qu'une note de blog. Il me semble qu'il faut à peu près autant de temps pour le matérialiser sur papier que pour l'écrire.

Toutes ces aventures, voilà où je voulais en venir, me rappellent les nuits de fièvre où l'on imprime le premier exemplaire de son mémoire, toujours à la dernière minute, pour le porter à photocopier. Il y a toujours quelque chose qui foire. L'imprimante mal configurée, la boutique de copie fermée, le recto verso qui a foiré...

Allez, je vous laisse, je dois vérifier s'il ne manque pas de pages au premier exemplaire. Bonne nuit.

03/12/2008

Ça prend du temps de traduire un roman

copie.jpgLire un bouquin, c'est déjà un bel effort, pour bon nombre de gens. Mais traduire, là, alors, c'est de l'endurance ! On sait quand on commence, on avance, on avance encore, mais on n'est jamais très loin. Si ce n'est loin du but.

Puis à chaque page on tombe sur un passage si mal dit dans la langue originale qu'on est gêné de le retranscrire en français, on crève d'envie de l'améliorer...

Puis à chaque page encore, on tombe sur une phrase si juste dans la langue originale qu'on s'embourbe à tenter de la rendre en français...

Mais on s'amuse aussi. Le cerveau fonctionne, les mots s'écrivent.

Reste à découvrir si le bouquin, au bout du compte, sera lisble.

Pour se rassurer, on se dit que ce n'est jamais qu'un roman tiré d'un jeu vidéo, jamais qu'un roman de la série Star Wars, jamais qu'un bouquin qui écoulera en grande surface plus d'exemplaires en quelques semaines que je n'en vendrai de mes propres bouquins pendant toute la décennie...

Allez, courage !

Elle est jolie, hein, la photo, elle vient d'ici, il y en a plein d'encore plus belles...

12/11/2008

Que le pouvoir de la Force soit avec nous

star-wars-le-pouvoir-de-la-force.jpgLa question que l'on me pose sans doute le plus régulièrement est sans doute : "Qu'est-ce que tu écris en ce moment ?" La réponse est toujours compliquée, étant donné que je travaille de front sur plusieurs projets en même temps. Tiens, donnons un exemple, en ce moment, je travaille sur :

  • un synopsis de roman pour enfants pour Graine2 éditions ;
  • des séquences télé pour la série Tom & Nancy sur RTL-Tvi ;
  • mon prochain roman pour adultes, toujours intitulé "L'homme qui valait 45 milliards" et qui sortira en août 2009 au Grand Miroir ;
  • un autre roman pour enfants qui traite du thème de la dépendance ;
  • une adaptation théâtrale, pour enfants encore, de "L'ennemi" de Davide Cali ;
  • deux projets de longs-métrages.

Ce n'est qu'un exemple, la liste varie d'un jour à l'autre... Demain, j'aurai enlevé un projet et ajouté un autre, certainement.

Mais un projet assuré, pour lequel il s'agit d'assurer, justement, c'est mon premier contrat de traduction, à quatre mains, avec Axelle pour les éditions Fleuve Noir. Nous devons traduire en français "Star wars : le pouvoir de la Force", la version romancée du jeu vidéo événement sur Xbox, PS3 et WII, qui raconte les aventures de l'élève secret de Dark Vador, entre l'épisode 6 et le 1, pour ceux qui ont suvi les films.

Ça en jette un max.

- Tu bosses sur quoi ?

- Je traduis le prochain Star Wars.

Après une réponse pareille, tout le monde vous laisse retourner bosser, on devine que c'est important de ne pas bâcler le travail. Et c'est vrai. Pas tellement par peur de décevoir les milliers de fans (s'ils ont lu les romans précédents, ils doivent être habitués aux traductions infidèles et approximatives) mais plutôt parce que nous avons envie de bien bosser pour Fleuve Noir. Et quand on a envie de faire du bon boulot, à deux, je crois qu'on obtient de meilleurs résultats que quand on s'en fout, non ?

Enfin, je dis ça mais pour l'instant, c'est surtout Axelle qui bosse, moi je repasse après pour toiletter le texte. Ce n'est pas nécessairement plus facile mais c'est moins de boulot, c'est certain.

Allez, je vous laisse, j'ai du pain sur la planche et plusieurs sabres laser au feu.

 

 

21:46 Publié dans Livres en cours | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : star wars, wii, xbox, ps3, traduction, littérature, roman | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer