22/04/2010

C'est quoi une twitterview ? Définition.

twitterview.jpgUne TWITTERVIEW, c'est tout simplement une interview réalisée via Twitter (vous savez, ce site dit de "micro-blogging", c'est-à-dire ce site-de-textos-qu'on-diffuse-en-ligne-et-pas-sur-téléphones-portables-et-qui-sont-publics-comme-les-blogs-mais-plus-tordus-et-moins-accessibles-du-genre-qu'on-doit-mettre-des-#-devant-les-sujets-et-des-@-devant-les-gens-et-une-fois-qu'on a-compris-ça-on-a-tout-compris-mais-on-ne-le-dit-pas-sinon-tout-le-monde-va-quitter-Facebook-pour-venir-sur-Twitter-et-il-faudra-recommencer-ailleurs-les-discussions-entre-gens-qui-sont-à-la-page).

Et comme un exemple vaut mieux qu'un long discours, je vous renvoie vers le site du slammeur-micro-romancier Leroy K. May pour y lire cette twitterview réalisée en dix minutes chrono.

Amusez-vous bien !

PS : Pour les non-Geeks, vous trouverez en illustration une capture d'écran de la manière dont les questions me sont arrivées sur Twitter.  Pour les réponses, allez donc voir cette twitterview!

07/03/2010

24h Chrono à la Foire du Livre : le roman achevé !

labenécriture.jpgÇa y est, je suis sorti du l@b de la Foire du Livre de Bruxelles et j'ai achevé l'écriture du roman en 24h précises.

Comme annoncé, j'ai relu le texte à tête reposée, je l'ai toiletté et mis en page. Et je vous le propose en lecture, deux jours à peine après la fin de son écriture !

Dans quelques jours, je reviendrai ici raconter en détail les péripéties de cette magnifique aventure. Merci encore à toutes et tous pour votre soutien.

Voici le fichier. Amusez-vous bien : Une très petite surface - Nicolas Ancion.pdf

27/02/2009

Traduction automatique ou intelligence feu d'artificielle ?

lee-stoetzel-computer.jpgOn trouve vraiment de très belle chose sur cette infinité qu'est le web 2.0. Des encyclopédies contributives, des photos de famille, du poker en ligne, des recettes de cuisine et...

... une biographie non autorisée (de moi).

Et quand j'écris non autorisée, ce n'est pas tant que les infos soient fausses (pour une fois), car elles ont été piquées sur Wikipedia, mais plutôt qu'elles ont été traduites par un robot kirghize encore au stade de prototype, pas très au fait ni de la grammaire anglaise ni du sens de ce qu'il pond au kilomètre.

Avis aux ingénieurs qui ont programmé la bête : il serait utile d'implémenter le patch prépositions 2.0, la version du logiciel présente dans la machine laisse un peu à désirer.

Je vous laisse juger par vous-même :

Nicolas Ancion is a Belgian writer born with Liege in Belgium, the May 23rd 1971, parents professional marionnettists.

As of its adolescence, it launches out in the writing of Théâtre and of Nouvelle S. Récompensé in 1989 and 1991 by the International prize Young people Authors, it publishes in 1995 its first novel, too blue Blue sky with the Editions of Hèbe, in Suisse. Then a series from novels and collections of poetry will come which will be worth many prices in Belgium to him and abroad. It was allowed within the Association of the Belgian Writers of French language. Nicolas Ancion is also critical books, cartoons and restaurants for Belgian periodicals. After Brussels, Madrid and Liege, he lives from now on Caux-and-Sauzens (Aude), where he settled with his wife and their two children.

Allez, à tout seigneur tout honneur, ce texte a été trouvé ici.

08/01/2009

Peut-on faire des ratures dans un blog ? Oui, bien sûr !

bloratures.jpgLa réponse à la question du jour est un peu compliquée s'impose d'elle-même. Les ratures, les biffures, les corrections visibles sont intéressantes dans un blog, comme elles peuvent l'être dans un roman (c'est rare mais certains auteurs le font, comme Laurent de Graeve, il y a une bonne dizaine d'années déjà, mais je ne sais plus dans quel roman, désolé, je ne suis pas aussi organisé que Wikipedia). Ce que l'on cache est aussi révélateur que ce que l'on dit, les lapsus et les actes manqués font sens. Les changements de formulation ou d'idée sont aussi informatifs qu'une mise en gras, en italique ou en couleur. EN CAPITALE, même ou en grands caractères.

Un blog, après tout, est une forme de journal intime exhibitionniste, un agenda public où les idées, les rendez-vous, les notes, se bousculent, se superposent, entrent en collision et disparaissent au fil du temps.

Je tape vite, je réagis à chaud, je me trompe, l'information change, je trouve ça agréable et confortable de pouvoir changer du texte en conservant la version précédente visible, quand elle a encore un petit intérrêt.

Puis, je n'oblige personne à lire ce qui est barré. Pas plus ça que le reste d'ailleurs. Je n'oblige personne à venir ici.

Ah, oui, avant de refermer ce billet, j'allais oublier ! Si j'ai pensé à ce sujet de note, c'est parce que je viens d'apprendre que la date d'enregistrement du Jeu des Dictionnaires est avancée. Cela se fera le 19 février à la salle académique au Sart Tilman, aux Amphis de l'Europe de l'ULG. Vous êtes toujours les bienvenu(e)s ! La nouvelle date a l'avantage d'être située en dehors des périodes de bloque. C'est mieux pour les étudiants, non ?

 

PS : l'illustration en haut à droite vient d'un blog qui ne cite pas la source (mais propose un atelier d'écriture sur le thème des ratures) mais ça ressemble bel et bien à un bout du manuscrit de "Madame Bovary", non ? On reconnaît la patte de Gustave Courbet Flaubert.

15:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blog, écriture, littérature, rature, biffure, manuscrit, web 2.0 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

21/10/2008

Robert ne veut pas lire mais me prie d'écrire

douggriess.jpgUne proposition alléchante m'est arrivée dimanche dans la nuit : un éditeur québécois spécialisé dans les nouveaux canaux de diffusion (livres électroniques du genre Kindle d'Amazon et autres machins bricolés par Sony, iPhone, autres téléphones portables 3G, PDA...) me demande si je serais partant pour publier de la littérature par épisodes par son biais. En clair, au minimum un épisode toutes les deux semaines, pour des lecteurs sur téléphones et autres gadgets électriques qui se font passer pour des livres.

Franchement, est-ce qu'on refuse ce genre de proposition ?

Est-ce qu'un auteur, un tout petit peu passionné par le fait d'écrire et par les multiples formats de diffusion, peut décliner si gentille invitation ?

Non, non et mille fois non, bien entendu.

Même s'il n'y a pas d'autre rémunération que 25% sur les ventes en ligne (ce qui est déjà très bien, en théorie, mais qui n'est pas beaucoup, en réalité, tant que les ventes sont dérisoires), le simple fait d'avoir une commande hebdomadaire avec, derrière, une poignée de lecteurs fidèles, voilà qui est emballant.

Quant à savoir ce qu'il convient d'écrire pour ces nouveaux supports, je vais accorder quelques minutes de réflexion à la question avant de répondre... De nouvelles aventures du poète ? Un nouveau personnage aux enquêtes passionnantes ? L'horoscope du jour ? J'ai quelques idées en tête mais je n'en dis pas plus. Puisque cette nouvelle collection aime le suspense et la suite au prochain épisode, je vais suivre ces deux préceptes et vous promettre d'en dévoiler davantage très bientôt... dès que j'en saurai plus !

En attendant, vous pouvez déjà visiter le site de Robert ne veur pas lire, l'éditeur en ligne et en question...

Si vous avez des suggestions pour mon texte, elles sont les bienvenues... Les commentaires sont ouverts.

 

PS: je ne sais pas qui est l'auteur de l'illustration que j'affiche, je l'ai trouvée dans une collection d'images bizarres amassées par un de mes contacts Facebook. Elle m'a semblé parlante, je l'ai copiée et voici que je la colle. Que le dessinateur me pardonne et me contacte pour que je rende à César et à ses arts graphiques ce qui lui appartient. Je la remplacerai par des images classiques du net comme celles-ci :

 

bloIphone.jpgReader Digital Book.jpg blokindlehand.jpg