Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2010

Appel aux blogueurs et commentateurs

Les livres déboulent par milliers, tout le monde le rappelle et presque tout le monde s'en plaint.

Si vous voulez faire une bonne action pour les livres que vous aimez, faites savoir ce que vous avez pensé des textes après lecture.

Ecrivain.jpgPar exemple, si vous avez déjà lu Écrivain cherche place concierge, le roman que republient les éditions Pocket aujourd'hui, déposez donc un commentaire sur

Mieux encore, parlez-en sur votre blog : les lectures contagieuses sont les plus virulentes. La lecture est peut-être le seul virus que l'on peut répandre sans honte.

C'est quand on les commente que les livres vivent.

C'est quand on les prête, les recommande, les abandonne et les retrouve que les livres revivent.

Merci pour eux !

Les pingouins se cachent pour mourir

Ecrivain.jpgLes éditions Pocket ont la joie de vous faire part de la réédition au format poche du roman Écrivain cherche place concierge.

Vous l'avez peut-être déjà lu, feuilleté, oublié.

Voici comment l'éditeur le présente :

La vie de château, tout simplement...
Engagé via petite annonce discrète (ECRIV. CH. PL. CONCIERGE), Victor prend ses quartiers chez Régis, le châtelain. Un chouïa de cuisine, un tantinet de ménage : son nouveau travail lui laisse largement le temps de bûcher à ses biographies de personnages extraordinaires, genre dont le plumitif un peu chômeur s'est fait une spécialité. En théorie.
Car Victor n'aura pas la chance d'écrire une seule ligne. Entre les pingouins à mobylette, un ours fondu de chocolat, un lapin en peluche pas bégueule, le gang des Phoques et l'attaque des Manchots, le domaine se fait vite le théâtre d'un colossal jeu de massacre. L'inspiration souffle mais les balles sifflent. La vie de château, qu'ils disaient...

Et, à l'époque de la première republication du roman en grand format (en 2006, la première édition date de 1999), Christine Rousseau écrivait dans Le Monde des Livres :

"Rapidement, Victor ne va plus savoir où donner de la tête. Comme le lecteur, entraîné dans le tourbillon d'une prose cocasse, détonante et d'une imagination débridée, qui pose Nicolas Ancion en digne héritier de Lewis Carroll"

Maintenant, vous pourrez, pour un prix défiant toute concurrence, le relire, le feuilleter à nouveau, l'achever.

24/09/2010

Projet secret pour la rentrée littéraire (rien ne presse)

C'est parti. Le projet secret n'est plus secret du tout.

 

Les lecteurs de ce blog savent depuis longtemps que le 13 octobre prochain mon roman « L'homme qui refusait de mourir », illustré par le redoutable Patrice Killoffer, débarquera en librairie.

 

Et ce roman a déjà droit à sa première recension critique, dans l'hebdo Femmes d'Aujourd'hui du 9 septembre. C'est un moment frémissant de découvrir ce que pensent les premiers lecteurs (et les lectrices, en l'occurrence) d'un tout nouveau texte.

 

Allez, je me tais, je laisse la parole à Myriam Berghe.

 

Et je lui envoie un grand merci, au passage !

 

Femmes daujourdui 9-9-10.jpg

 

23/08/2010

Projet secret pour la rentrée littéraire (3)

Refusaitdemourir.jpgJe vous en ai déjà touché un mot ici et , je peux à présent vous révéler que ce sont les éditions Dis Voir qui publieront ce 25 septembre, mon nouveau roman, illustré par Patrice Killoffer et imaginé après de longues discussions avec François Taddéi, chercheur sur le vieillissment des bactéries.

 

Il s'intitule L'homme qui refusait de mourir sort dans la collection "Contes illustrés pour adultes", qui a accueilli un premier volume, Les aventures de Percival, fruit de la collaboration entre Pierre Senges et Nicolas de Crécy, rien que ça.

 

Le livre sortira donc après l'avalanche de la rentrée littéraire (700 titres à ne pas lire d'un coup, ça fiche le tournis et ça fait que tous lecteurs se sentent un peu coupables de n'avoir lu ni le Gaudé, ni le Nothomb, ni le Houellebecq, ni le Despentes, d'avoir préféré finir Habitus de James Flint, traduit par Claro, ou découvrir enfin le formidable Moonfleet de Falkner, enfin, ça c'est juste mon exemple, mais il en vaut bien d'autres, j'imagine), mais juste après, histoire de satisfaire les plus curieux d'entre vous.à

 

Et puis il sortira au même moment en anglais aux États-Unis et en Angleterre, dans une traduction à quatre mains de Paul Buck et Catherine Petit, sous le titre The Man Who Refused To Die. Ce n'est pas chic, ça, une sortie mondiale comme pour les blockbuster hollywoodiens. Bon, deux langues, ça ne fait pas le monde entier : s'il y a des traducteurs vers le flamand, le tchèque, l'allemand ou d'autres, n'hésitez pas à vous porter volontaires.

 

Pour mieux connaître les Éditions Dis Voir, qui ont publié Peter Greenaway, Lou Reed, Douglas Coupland, Lee Ranaldo, Laurie Anderson ou Bernard Noël, cliquez ici, tout simplement.

 

Et rendez-vous en librairie le 25 septembre.

 

PS : les livres de Dis Voir sont diffusés par Actes Sud. Précision utile pour les libraires.

12/08/2010

Comment trouver un bon titre de roman ?

cover.jpgC'est une question qu'on me pose souvent. On me demande où je vais chercher les titres de mes livres (on particulier on me pose la question pour "Les ours n'ont pas de problème de parking" et "Le garçon qui avait mangé un bus", ou encore "Le garçon qui avait avalé son lecteur mp3"). Je ne sais que répondre. J'aime que les titres soient amusants, en tout cas. Si le lecteur sourit en découvrant un livre, c'est déjà un bon début.

 

Mais voici qu'Internet répondra désormais bien mieux que moi à cette question, grâce à un générateur automatique de titres de romans. Il suffit d'introduire son nom et son prénom, de cliquer sur un bouton et l'on découvre la couverture mise page : un titre bien formaté et une jolie photo. Et si on n'aime pas la proposition, on actualise la page (F5 le gros bouton en haut du navigateur) ou on reclique sur un bouton dans la page et une nouvelle couverture apparaît, avec deux nouveaux titres.

 

cover2.jpgJe vous en colle deux exemples pour illustrer le propos et je retourne illico en cérer deux ou trois.

 

Et hop, plus qu'à écrire les romans qui vont avec...

 

Ah oui, l'adresse du site ! C'est ici, sur le site d'Omer Pesquer, consultant Internet. Voilà qui est fait.

17:51 Publié dans Ecriture | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : écriture, littérature, roman, guide pratique, couverture | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

Projet secret pour la rentrée littéraire (2)

Fin septembre sortira mon nouveau roman, illustré par Patrice Killoffer (voir plus tôt), rédigé après plusieurs rencontres avec un chercheur de l'INSERM, spécialiste du vieillissement des unicellulaires (bactéries et microbes).

 

Pour vous donner une idée de ses recherches, voici un extrait d'un article publié en 2005 dans Libération :

On les croyait éternellement jeunes. Les microbes vieillissent aussi. Le mythe de « l’immortelle bactérie » s’écroule tandis que s’ouvrent des perspectives pour la recherche sur les maladies liées à l’âge, Alzheimer ou Parkinson.

Quand l’avion a heurté la première tour, le 11 septembre 2001, François Taddei, alors âgé de 34 ans, réfléchissait à l’évolution des bactéries dans un laboratoire de l’université Rockefeller à Manhattan, New York. Il se souvient de la haute colonne de fumée noire, de l’autre coté de la baie vitrée, du gratte-ciel qui s’effondre, puis du second, des sirènes, du désastre. Il se souvient aussi que c’est au cours de ce séjour dans le temple de la recherche américaine ­ berceau d’une vingtaine de prix Nobel ­ qu’il a trouvé la clé technique du projet scientifique dont les premiers résultats, trois ans plus tard, ouvrent une fenêtre vertigineuse sur l’origine et l’identité des forces naturelles qui poussent la vie, inéluctablement, vers la mort. Directeur d’une équipe de recherche à l’Inserm, généticien moléculaire, François Taddei a publié ce mois-ci, en collaboration avec trois autres chercheurs, une expérience qui démontre que les microbes aussi vieillissent (1). La découverte peut sembler triviale. Elle bouleverse pourtant la connaissance du monde unicellulaire et offre un nouvel horizon à la recherche sur la sénescence des multicellulaires. L’homme entre autres. (lire la suite)

Le roman prend, du coup, pour toile de fond la quête d'éternité. La science peut-elle vraiment ralentir le vieillissement et prolonger la vie éternellement ? C'est une question intéressante, bien sûr, pour un romancier, surtout.

 

Bactérira bien qui rira le dernier...

killlocover2.jpg

15/07/2010

Projet secret pour la rentrée littéraire (1)

Pour une fois, je vais vous cacher des choses...

 

Je viens d'achever la relecture d'un livre qui sortira fin septembre, pour la rentrée littéraire donc, mais pas la course aux prix, plutôt la course de fond, pour atteindre, après 42 km sous le soleil d'automne, les tables des librairies et les yeux des lecteurs.

 

Ce roman, je ne l'ai pas pondu tout seul, il est le fruit d'une collaboration inédite avec deux autres personnes, dont je tairai le nom...

 

Mais vous pourriez bien reconnaître l'une d'entre elle, puisque c'est un illustrateur et qu'il a réalisé ceci pour illustrer le premier chapitre.

Réveil.jpg

Et si vous l'avez reconnu ou si vous voulez faire avancer le schmilblick, vous pouvez laisser un commentaire.

 

À bientôt pour la suite...

13/07/2010

Nouvelle couverture pour Ecrivain cherche place concierge

La republication en poche, c'est non seulement le plaisir d'offrir une deuxième vie (ou une troisième, dans ce cas précis) à un roman sorti en grand format, c'est aussi l'émerveillement de voir le texte associé à une nouvelle couverture.

Et, il n'y a pas à dire, pour la réédition du roman Écrivain cherche place concierge, Pocket a sorti l'artillerie lourde. Le résultat me semble magnifique.

Vous pourrez le découvrir en librairie dès le 7 octobre.

Mais comme l'été est le temps des cadeaux, je ne résiste pasau plaisir de partager la couverture en avant-première avec vous. N'hésitez pas à laisser vos commentaires.

À très bientôt et bonnes lectures d'été.

Ecrivain.jpg

PS: pour les amateurs de références bibliophiliques, ce roman a d'abord paru dans la collection Embarcadère des Éditions Luc Pire en 1999, puis au Grand Miroir en 2006.