17/03/2009

La culture c'est les toilettes

Nico.jpgLa culture, c'est les toilettes ; l'art c'est tout le reste.

Il paraît que j'ai dit ça. Il paraît que c'était devant une caméra. Il paraît qu'on peut même regarder ça en ligne sur le tout nouveau site Culture de l'Univesrité de Liège.

Je ne demande qu'à le croire, moi, mais j'ai un mal fou à regarder la vidéo depuis ma connexion bas débit intermittente (tiens, ça me rappelle que je dois payer la facture du mois dernier, j'ai tendance à les oublier, mes gentils fournisseurs d'accès intermittent). Si vous êtes mieux équipés que moi, vous pouvez toujours regarder cette jolie interview sans question, dans les toilettes du rectorat, au premier étage du bâtiment central de l'Université de Liège, juste au-dessus de la salle académique. Et si vous regardez les liens, vous pourrez également regarder le Professeur Stas, Lise Thiry et le recteur disserter sur le même sujet.

Amusez-vous bien !

 

13/02/2009

Le 22 février, ça va piquer !

lg2015_banniere9.jpg

 

Il y a plein d'autres bannières et d'images à télécharger sur le blog de Liège 2015.

Et n'oubliez pas l'essentiel, si vous habitez Liège : pour ou contre, allez voter le 22 février.

19:08 Publié dans Liège | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : liège 2015, bannière, consultation populaire, liège, culture | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

21/01/2009

Liège, capitale virtuelle du jeu vidéo (plus que deux fois dormir)

Je vous annonce depuis hier un heureux événement qui aura lieu dans deux jours à peine, alors que le compte à rebours gigantesque pour Liège 2015 a commencé depuis de nombreuses semaines, non seulement pour la consultation populaire (c'est dans un mois, pour rappel, si vous êtes Liégeois, n'oubliez pas d'aller vous exprimer le 22 février, pour une fois qu'on demande votre avis sur une question claire et pas sur la préférence pour une équipe politique ou l'autre), mais aussi pour la candidature à présenter.

Un grand appel aux idées a été lancé. Difficile de savoir qui y a répondu et si les idées sont intéressantes.

Du coup, je me suis dit que j'aillais publier ici quelques unes des idées qui me turlupinent depuis un bout de temps. Certaines sont très vieilles et datent de bien avant qu'on ne parle de faire de la Cité Ardente la capitale culturelle de l'Europe pendant quelques mois, d'autres sont plus récentes.

spaceinvaders.jpgAllez, hop, en voici déjà une première : je propose de faire de Liège la capitale mondiale du Jeu Vidéo. Comment ?

En modélisant tout simplement les rues de la ville aux différentes époques de son histoire (sous Notger, à l'époque de Charles Le Téméraire, en plein boom industriel à la fin du XIXe, en 1905 pendant l'expo universelle, dans les années 60, quand les trams roulaient encore, puis aujourd'hui, bien évidemment), puis en les utlisant pour créer des niveaux qu'on peut télécharger en ligne gratuitement comme décor dans les jeux vidéos les plus populaire...

Imaginez un niveau de Doom 3 dans le Palais des Princes Evêques... Lara Croft perdue dans les mines de Blégny à la recherche de l'équipe de nuit, coincée sous les gravats... GTA dans les rues de Liège pendant la Foire d'Octobre... Les Sims à Embourg... Tout est possible...

Liège deviendrait la première ville entièrement modélisée en open source, disponible pour tous les studios de développement d ejeu vidéo, pros et amateurs, on pourrait lancer un concours pour celui qui exploiterait au mieux les décors 3D. J'avais, il y a quelques années, imaginé tout un jeu vidéo qui exploitait la ville aux différentes époques, ça s'appelait "Principauté" et je dois encore avoir le dossier de pré-production dans un de mes disques durs. Les quelques personnes auxquelles j'avais parlé du rpojet s'étaient montrées enthousisates mais, faute de temps et d'envie de monter ma propre boîte de jeux vidéo, je n'ai jamais exploité l'idée...

L'intérêt de ce projet, c'est qu'il dépasse largement les limites géographiques de la ville. Il permet de faire rayonner Liège bien au-delà des frontières, dans le monde entier, sans mobiliser un budget pharaonique. Puis c'est du durable... Le jeu et le travail ne disparaissent pas une fois l'année 2015 achevée.

On peut aussi prendre appui sur ce projet pour en développer bien d'autres :

- des visites virtuelles de la ville aux différentes époques (sur le modèle des "rides" virtuels) - qu'on ne me dise pas qu'une boîte comme EVS ne serait pas intéressée par un projet comme celui-là... ;

- des bornes de jeu disponibles en libre accès dans la ville, faisant de Liège la plus grande salle de jeu en réseau du monde (avec des technologies bon marché, on peut faire des merveilles dans ce domaine) ;

- des exploitations didactiques pour les écoles : visiter un mine, découvrir en virtuel ce que peut être une charge de gendarmerie à Grâce-Berleur ou une grève de métallos qui descend sur la place Saint-Lambert par le pont des Arches (les lecteurs de Pédigrée reconnaîtront peut-être l'épisode raconté par Simenon) ;

- pourquoi pas un vrai musée du Jeu Vidéo, avec des machines des quarante dernières années, des arcade cabinet pour jouer à Miss Pacman, une vieille télé équipée de Pong, les consoles de jeu de toutes les époques, depuis le Vectrex jusqu'aux copies bon marché dla Wii qu'on trouve dans les supermarchés en période de fête ;

- et on peut imaginer encore bien d'autres choses.

Par ailleurs, ce projet permettrait de développer à Liège, dans une ville qui forme des infographistes à tour de bras et qui possède de très bonnes filières artistiques en général, le secteur très porteur du Jeu Vidéo. Cette industrie dépasse celle du cinéma au niveau mondial, c'est dommage de regarder le train passer et de continuer à miser tout sur le trilogiport et la gare de Calatrava pour assurer l'avenir de la ville.

Le jeu vidéo, voilà un vrai attrait touristique...

 

11:17 Publié dans Liège | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : liège, liège 2015, jeu vidéo, idées, réseau, europe, culture | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

05/01/2009

Liège 2015 : un excellent résumé de la saga ardente

alter.jpgJe découvre ce matin un excellent article publié par Baudouin Massart sur le site Alter-Echos, il reprend chronologiquement toutes les étapes de l'aventure Liège 2015, saga de l'été devenue roman fleuve.

Ça vaut la peine d'aller le lire en détail, il situe bien les événements dans leur contexte et permet d'avoir un peu de recul sur l'ensemble. Bon, bien sûr, l'article date d'avant les derniers rebondissements mais il est bien structuré et remet les étapes en perspective.

Bonne lecture et bonne année à toutes et tous !

03/01/2009

San Sebastian et Donostia 2016 : 2 capitales pour le prix d'une

sansebastian 2016.jpgJ'ai passé le réveillon à San Sebastian, il y faisait doux et ensoleillé, la ville est magnifique, avec sa baie qui donne sur l'océan, ses vieux bars où l'on engouffre les tapas dans l'odeur de cigarette, ses musées accueillants et... son stand de soutien à la candidature de la ville comme capitale culturelle en 2016.

C'est affiché sur les bâtiments officiels, c'est annoncé aux portes des musées, c'est proposé à la signature des passants dans les galeries commerçantes. J'ai signé avec un grand sourire, j'ai même emporté des autocollants. Et je trouve le logo très joli. Pas vous ?

En tout cas, il semble bien qu'en Espagne également on prend grand soin de chercher le soutien populaire pour chacune des villes candidates. Ça fait plaisir à voir !

24/12/2008

Quand un OUI voté à l'unanimité cache des NON mal déguisés

playmobil.jpgLe conseil communal liégeois, tenu lundi dernier, a voté à l'unanimité la mise sur pied d'une consultation populaire sur la question : "Voulez-vous que votre ville soit capitale européenne de la culture en 2015 ?" Un événement salué par tous. Une unanimité étonnante, pour le moins inattendue, qui a donné lieu à des cris de joie dans l'assistance et de beaux articles de presse.

La question de fonds demeure tout de même... Comment expliquer ce revirement de la part de la majorité ? La victoire de la rue sur la Violette ? La pression populaire qui l'emporte enfin ? C'est l'explication officielle (enfin, on ne parle pas de revirement du côté d ela majorité: on explique que le projet a toujours été vu d'un très bon oeil, que la manière n'y était pas et que, lundi, tout était clair, puisque les Liégeois sont pour, on fonce...). On a même déjà chargé la Commission culturelle de plancher sur le dossier de candidature. Ce n'est pas bon signe, ça ?

Si, bien sûr...

Sauf quand on découvre sur le blog d'un membre de cette commission, membre du groupe socialiste, un argumentaire en bonne et due forme pour expliquer pour quelle raison il votera NON le jour de la consultation populaire.

En résumé, l'un des types chargés de monter le dossier de candidature n'y croit pas lui-même.

Pas grave, le projet est piloté par l'Échevin de la culture, me direz-vous ? Mais lui, c'est pire encore, il est dans l'asbl qui pilote Mons 2015... Il l'a peut-être oublié, lundi soir ?

J'ai voulu réagir sur le blog d'Hassan Bousetta mais les commentaires ne marchent pas car ils sont modérés par le blogueur lui-même et sa boîte mail est pleine. Faute de mieux, je me suis décidé à poster ici mes commentaires. Je trouve dommage qu'on ne puisse pas donner son avis sur place, mais on se contentera de ce qu'on a pour le moment.

Monsieur Bousetta,

Merci de prendre le temps d'exprimer le fonds de votre pensée de façon argumentée. Il est intéressant de lire enfin les arguments des détracteurs de la candidature de Liège. Ils sont maigres, à vous lire, ils ne reposent sur rien de bien solide.

Entre nous, dénigrer les pétitions en ligne, c'est un peu léger, dans le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui - qui est aussi celui qui vous permet de publier ce billet cet après-midi, la meilleure preuve est que la pétition de Liège 2015 a accouché de la première demande de consultation populaire dans une grande ville, ce qui est un exploit.

Toujours entre nous, les délais serrés qui vous semblent mettre à mal la candidature de la Cité Ardente sont fixés par une ministre de votre parti, qui pourrait très bien vous aider si vous cherchiez à la convaincre au lieu de vous servir de ses décisions comme prétexte à l'inaction.

Toujours entre nous, préférer voter non parce qu'on a peur de la gueule de bois du lendemain si le projet est refusé, ce n'est faire preuve ni de beaucoup de courage ni de volonté politique. Avec un prétexte comme celui-là, on peut ne rien entreprendre du tout pendant toute la législature...

Je relève tout de même une contradiction inexpliquée dans votre argumentation. Vous reprochez au collectif de ne pas avoir de projet culturel pour se présenter comme capitale culturelle et vous, sans avancer le moindre projet non plus, vous jugez bon d'augmenter de façon linéaire les budgets de la culture d'ici 2015. Vous adoptez la même attitude que vous déplorez chez les porteurs de l'initiative Liège 2015... Pouvez-vous me donner plus de précisions sur vos projets culturels et les affectations prévues pour ces nouveaux budgets ? Je serais ravi de vous lire à ce sujet.

Je reste convaincu qu'il y a bien des idées à développer pour Liège 2015. Il faudrait peut-être aller les chercher ailleurs que dans les cercles habituels...

Pour terminer, je suis pour ma part très admiratif d'un collectif qui a lancé une démarche pareille au nom de principes démocratiques et non pour pousser un groupe artistique ou l'autre et obtenir des moyens supplémentaires pour quelques délaissés. On peut augmenter les budgets tant qu'on veut, on laissera toujours des gens sur le côté. On peut dire NON tant qu'on veut et lancer des consignes de votes massives, on n'empêchera pas les citoyens lucides de se dire que derrière ce NON il doit y avoir des arguments un peu plus pesants que les poids légers que vous citez ici. Mais je peux me tromper, bien entendu, j'en ai même l'habitude et je l'assume ;-)

Une question essentielle se pose tout de même à présent, après avoir lu votre argumentation en faveur du NON.

Le Conseil communal vous a chargé, hier, en tant que membre de la commission culture, de préparer dès à présent la candidature de la ville, pour le cas où les Liégeois voteraient pour...

Je crains le pire quand je vous lis. Vous partez battu. Vous n'avez même pas l'envie de réussir.

Comment a-t-on pu vous confier une tâche pareille ? Comment avez-vous pu l'accepter, en tant que membre de la Commission culture ? Ne devriez-vous pas, si vous pensez ce que vous avez écrit sur votre blog, démissionner de la Commission culture et céder la place à un autre conseiller qui croit, ne fut-ce qu'un peu, aux chances de la Cité Ardente dans ce dossier ? Des bénévoles se sont déjà mis au travail depuis plusieurs jours pour rassembler des idées et proposer du concret à votre collègue échevin. Je fais partie de ceux-là. Je trouve que le premier signe de respect, si vous ne croyez pas à la candidature de la ville, est de faire un pas de côté et laisser les enthousiastes défendre le dossier.

Merci pour votre réponseet joyeux Noël !

Cordialement,

Nicolas

 

En illustration : les 600 Franchimontois volent au secours de Liège 2015

23/12/2008

La consultation populaire aura lieu à Liège le 22 février

Gagné.jpgBravo et 22 000 fois bravo, et même près de 200 000 fois bravo.

Le conseil communal de Liège aurait voté hier soir à minuit, l'organisation de la consultation populaire sur la candidature de Liège au titre de capitale européenne de la culture en 2015. La proposition a été votée à l'unanimité(1).

Il y a de quoi être fier.

Cela signifie que tout le monde a gagné dans cette aventure : les initiateurs de la pétition, qui voient leur objectif atteint, les politiciens (on me reproche d'utiliser le mot "politiques" pour les désigner, je devrais écrire les élus mais j'ai parfois du mal à croire que c'est vraiment à l'électeur qu'ils rendent des comptes, désolé pour ceux qui tentent de me convancre du contraire, j'attends toujours des preuves tangibles. Peut-être le vote d'hier soir est-il une avancée dans le bon sens - et de bon sens, d'ailleurs.), qui regagnent leur crédibilité et font un pas vers les simples citoyens (allez, je n'ai pas parlé de société civile, je n'utiliserai pas non plus le mot d'électeur, je trouve que celui de citoyen est beau et noble), les citoyens aussi, justement, qui se réjouissent de voir un pareil accord (un "GRRRand accord" pour de bon) se faire à partir d'une initiative montée de la rue.

Liégeoises, Liégeois, tous aux urnes le 22 février. Faites connaître votre position, montrez que Liège est une terre de libertés, où tous peuvent s'unir pour faire avancer la démocratie participative !

 

(1) comme la presse écrite n'a pas pu faire écho des débats qui étaient encore en cours au moment d'imprimer, je cite ici le compte-rendu que Laurence Leberger m'a envoyé via Facebook. Un grand merci à elle (pour ça et pour le reste, d'ailleurs) :

"Et bien voilà, après de longues (très longues) heures, le CC a voté à l'unanimité pour une consultation d'initiative communale :
- ce qui veut dire sans recomptage des signatures (donc on gagne du temps et on ne risque plus de faire la consultation plus tard que la date de dépôt du dossier
- sur la seule et unique question de la candidature de Liège comme capitale européenne de la culture)
- le taux de participation (pour que la consultation soit valide) doit être de 10% des personnes en âge de voter (16000 personnes)
- les 4 partis sont sensés faire campagne pour promouvoir la consultation
- la commission de la culture gérera le dossier de candidature, en collaboration avec le collectif et toute personne désirant participer, le tout, en toute transparence
"

17/12/2008

Liège 2015 n'est pas mort, c'est le moment de tout sauver !

EGEIL 2015 -2.jpgCher Alain,

Cher François,

Cher François,

Nous ne nous connaissons pas bien. J'ai eu le plaisir de faire un bout de route avec vous. Au sens figuré, d'abord, depuis le lancement de la première pétition, que j'ai soutenue dès que vous l'avez rendue publique; au sens littéral, ensuite, entassés dans une voiture, de retour de la conférence de presse à Bruxelles. Votre mouvement venait de figurer en première page du Soir et c'était une belle victoire. Le débat quittait le terrain local pour gagner les tribunes nationales.

Le moment était beau, l'enthousiasme palpable.

On aurait pu discuter dans la voiture bien des heures encore.

C'est la dernière fois que vous ai vus.

Je vous avais quittées sur de magnifiques projets. Les avez-vous oubliés ?

Vous projetiez d'accrocher des photocopies des 22000 signatures (en miniature pour qu'on ne reconnaisse pas les noms) sur le Perron, symbole des libertés liégeoises, afin de rappeler à tous le mouvement citoyen qui naissait à Liège et, en particulier, aux élus entrant et sortant de la Violette. Vous parliez de l'internationale pâtissière qui pourrait allier ses forces aux vôtres si les élus refusaient de comprendre que que leur rôle premier n'est pas de contrer les initiatives citoyennes mais de les soutenir.

C'était il y a bien longtemps.

C'était il y a quelques semaines à peine.

Certes, nous avions évoqué aussi le mur de résistance auquel vous étiez sans cesse confrontés, les railleries du politique, les confidences de certains et, surtout, la peur qui semblait rendre muets et immobiles tous les responsables d'associations et d'institution à Liège. Comme si on avait acheté leur silence, comme si, en leur offrant des responsabilités ou en finançant une partie de leurs activités, on leur avait imposé une muselière... Cette peur se matérialisait tout simplement dans l'absence de soutien de la part de tous les acteurs culturels institutionnels de Liège.

Je parlais d'omerta, de système politique très adroitement organisé pour rendre impossible toute opposition citoyenne, mieux encore, pour simuler aux yeux ignares, le soutien d'une base politique massive alors qu'il ne s'agit, purement et simplement, que d'un détournement de la sphère politique et d'une confiscation de la liberté de s'associer, de discuter, de débattre et de créer...

Je vous parlais des taupes et des espions qui avaient pris place au sein de vos rangs.

Je passais peut-être pour pessimiste ou paranoïaque. Je ne l'étais peut-être pas assez quand on voit la tournure qu'ont pris les choses...

Quelques semaines ont passé depuis.

Des semaines de silence.

Ce silence a été brisé ce matin, par un courrier électronique au contenu effarant, accablant, que vous avez tous trois signé, et qui se trouve en ligne sur le site de http://blog.liege2015.eu/.

Je n'ai pas envie de reprendre point par point votre argumentation.

Je n'ai pas envie de répondre à vos faux prétextes, c'est trop facile...

Vous savez que cela n'est pas nécessaire.

Votre message lui-même est l'aveu du sentiment qui vous traverse certainement depuis quelques heures.

EGEIL 2015.jpgVous avez trahi votre propre projet, vous avez capitulé avant même que la bataille ne commence. En acceptant un troc aberrant vous avez vous-mêmes invalidé toute la démarche que vous avez lancée.

Vous vous alignez sur le camp d'en face.

Le camp de ceux qui font passer des tas de logiques (leur appartenance politique, les mots d'ordres reçus de l'ombre, les consignes de vote, la peur de l'électeur, la peur de l'échec, la couardise...) avant leur propre jugement et la fidélité aux valeurs qui les ont amenés là où ils sont.

Le camp de ceux qui considèrent qu'un marchandage négocié en coulisse vaut plus qu'un désir collectif exprimé à voix haute et signé sur pétition.

Le camp de ceux qui oublient qui ils représentent au moment de signer.

C'est sinistre.

C'est triste.

C'est lamentable.

C'est surtout très décevant pour tous ceux qui vous ont suivis et soutenus.

Depuis de très longs mois, j'admire votre courage et votre liberté, votre sens de la justice et de la mesure. Depuis que les premiers boucliers se sont levés pour tenter de vous museler, vous avez tenu le cap, vous avez senti venir les coups bas, vous les avez esquivés l'un après l'autre, à chaque nouvel obstacle vous avez redoublé de force, d'ingéniosité, de courage.

Certains vous ont comparé à Tchantchès, je pencherais plutôt pour le rejeton inédit de Don Quichotte et de Tyl Ulenspiegel, un splendide bâtard, qui affronte les puissants parce qu'il croit que ses rêves sont plus forts que leurs machinations bien rodées.

Vous n'avez pas accepté de capituler devant la réalité, vous avez décidé de la faire plier à force de volonté populaire, vous avez fait rêver toute une ancienne principauté. Vous avez ramené la fierté dans une région qui a capitulé et pactisé depuis trop longtemps à tous les niveaux de pouvoir.

Vous avez pris vos rêves en mains et vous étiez sur le point de les matérialiser...

C'est de cette noble tâche que vous vous étiez investis vous-mêmes.

Plus qu'une tâche, d'ailleurs, c'était une mission.

Vous avez eu un rêve, vous y avez cru et vous avez permis à des dizaines de milliers de personnes d'y croire (bien plus que les seuls signataires, car, vous le savez, vos soutiens dépassent largement les frontières de la circonscription électorale de Liège).

Et puis, d'un coup, ce matin, vous avez tout effacé.

Non, pas effacé, ce serait trop simple.

La trace reste de tout ce que vous avez accompli d'impossible. En renonçant, à deux pas du but, vous nous avez enseigné la plus triste des leçons : les politiques et les manigances personnelles sont toujours les plus forts. Ils ont toujours le dernier mot.

Le débat démocratique et les rêves de tous ont été confisqués au profit de quelques uns.

Ce que l'Empereur décide, nul ne peut l'entraver.

Si des voix s'élèvent, on les condamne au silence.

Si elles s'élèvent encore, on leur fait peur, on les menace, on exerce des pressions sur ceux qui peuvent leur faire encore plus peur.

Et si les voix tiennent bon, on leur offre une institution, un subside, un boulot. Une fondation. Une usine à gaz de plus dans un paysage où les usines fermées sont le décor de tous les trajets.

Tout donc peut s'acheter à Liège, même l'honneur ?

C'est la pire des conclusions que celle à laquelle votre initiative aboutit.

A la fin de l'histoire, je ne vous l'apprends pas à vous, qui avez donné tant de leçons pendant des mois, il y a toujours une morale.

Si l'histoire s'arrête ici, vous pensez avoir gagné une dentisterie alors que vous avez perdu tout le reste et que la loi du plus puissant l'a une fois encore emporté. Ce n'est pas acceptable. Nul ne peut pas l'accepter, surtout pas vous.

Mais tout n'est pas perdu, j'ose l'espérer.

J'en appelle à votre sens citoyen, à votre honneur pas encore perdu, à votre esprit de fronde.

Il n'est jamais trop tard pour sauver l'honneur.

Jamais.

Les feuilles qui contiennent les 22000 signatures sont dans un coffre de la banque Dexia, à Sain-Léonard.

Alain, tu peux encore tout sauver.

Tu prends ces feuilles et tu les donnes à quelqu'un d'autre que toi, quelqu'un qui n'a pas négocié. Quelqu'un qui n'a jamais bu des bières avec ceux qui vous ont achetés vous et votre silence

Que celui-là, fidèle à l'idéal qui vous a animés pendant sept mois et demi, porte tout simplement ces feuilles jusqu'au cabinet du Bourgmestre. Mieux encore, qu'il les présente au prochain conseil communal. Il trouvera sans problème une escorte de journalistes et de Liégeois pour l'accompagner.

Il faudra que la population le protège sur son parcours car ils seront nombreux (envoyés par le parti, par les associations qui travaillent pour la parti, par les amis de ceux qui ont eu un boulot offert par ceux qui bossent pour le parti et ainsi de suite) à tenter d'entraver sa route, à chercher à brûler les feuilles ou à les arroser de bière pour les rendre illisibles. Ne les laisser pas anéantir votre rêve. Notre rêve.

C'est tout ce qu'il faut faire.

Juste porter la demande des 22000 signataires jusqu'au conseil.

Vous pouvez tant que vous le souhaitez négocier tout ce que vous voulez pour vos trois personnes, vous n'avez aucun droit à bloquer le processus démocratique. Pas plus vous aujourd'hui que Willy, Michel, Elio et tous les autres ne l'avaient hier, quand ils ont signé ces grands accords que vous avez dénoncés pendant des mois.

Depuis ce matin, vous êtes pareils qu'eux.

Ils ont plus de pouvoir que vous, ils vous en ont offert un peu, ne vous laissez pas acheter.

C'est trop con. C'est trop nul.

Il est encore temps de tout renverser. De sauver votre honneur et le nôtre en dénonçant cet accord qu'on vous a forcés à accepter.

En portant à la Violette, tout simplement, les 22000 signatures que les Liégeois vous ont remises en toute confiance, vous ont confié en même temps que leurs espoir de voir la politique et la culture changer.

Avec tout mon respect pour chacun d'entre vous et mon amitié,

Nicolas

PS : C'est un peu facile de ne pas répondre sur le fonds, non ? J'ai évacué la question d'une bête phrase dans la lettre plus haut mais je me ravise. Voici en quoi je trouve que l'argumentation que vous avez envoyée ce matin ne tient pas :

1. Aucun élément que vous évoquez pour baisser les bras n'est neuf, tout était identique lorsque nous avons discuté il y a quelques semaines et que vous aviez encore le feu sacré. Les délais serrés, la nécessité d'agir vite, on connaît tout cela depuis le démarrage du processus. La réticence des institutions à soutenir votre projet, vous savez à quoi elle est due, ne jouez pas les jeunes vierges effarouchées, tous ces gestionnaires culturels sont cadenassés par la trouille, c'est tout. Ne pas offenser ceux qui vous subventionnent, c'est la première règle si l'on veut garder sa place...

2. Vous n'avez aucun mandat pour négocier quoi que ce soit. Vous ne pouvez en aucun cas bafouer le souhait de 22000 personnes en décidant de le passer finalement sous silence, sous prétexte qu'on ouvre un bâtiment désaffecté aux arts émergents. Les 22000 signataires n'ont jamais parlé d'arts émergents, d'artistes en difficulté ou de dentisterie, ils souhaitaient littéralement qu'on demande aux Liègeois s'il faut que Liège pose sa candidature. Rien d'autre. Qu'on arrête de décider à leur place, qu'on leur pose la question et que ceux qui veulent entraver ce processus se retirent. Si les Liégeois votent finalement contre le projet de Liège 2015, ce n'est pas grave, le combat aura été mené jusqu'au bout en toute loyauté et transparence. Vous aurez fait rêver une ville entière pendant plusieurs mois, vous aurez montré, une fois encore, que la Cité Ardente est une ville hors du commun. C'est bien mieux qu'une capitulation.

3. Dans la voiture, on y revient encore, on a bien rigolé des inventions minables de la Violette : une expo universelle (alors que plus personne n'est assez idiot pour retenter le coup après les bouillons que boivent encore Hanovre et Lisbonne), une capitale métropole culturelle régionale (je ne commente pas cette invention-là, ce serait lui faire trop d'honneur de lui donner du sens, je la considère juste comme une invention de cabinettard bourré, accouchée en fin de nuit à la Maison du Pékèt et malencontreusement arrivée sur le bureau d'un type sans idées qui l'a servie à la presse faute de mieux sous le coude...), un grand congrès du francophonissime... Bientôt, on fera passer les matchs du Standard et les fondations sans nom pour des événements culturels comparables au rôle de capitale européenne.

4. A mes yeux, la seule chose qui soit vraiment pérenne et durable (sur ce point, je sais que je vais passer pour un extra-terrestre aux yeux des politiques qui jetteront un œil sur cette note de blog), c'est l'intégrité. On ne troque pas son intégrité contre une fondation, un lieu pourri ou une assurance-vie. On la garde avec soi, tout contre soi, bien au chaud, parce que c'est elle qui nous permet de nous lever le matin, avec le sourire et la pêche, même quand le monde va mal, que la crise est sévère et que les politiques ont perdu tout sens commun. Tant qu'il y a de l'humanité, il y a de l'espoir. Et notre humanité, elle réside dans notre faculté de rêver et de créer, pas de baisser notre froc.

5. Il n'a jamais été question, à mes yeux, que vous remplissiez la candidature de Liège. C'est à la ville que ce rôle incombe, c'est à elle de le déléguer à qui elle juge bon et compétent. Faites-lui confiance, elle trouvera un opérateur suffisamment mauvais pour que la candidature liégeoise ne porte pas d'ombrage au projet montois...

6. Enfin, je le répète, je peux comprendre que vous trois ne puissiez pas personnellement porter les signatures mais ne les confisquez pas pour autant. Laissez quelqu'un d'autre achever le processus pour vous. C'est ça, la beauté du collectif. L'union fait la force et votre reddition ne peut pas arrêter le mouvement. Vous avez enclenché un processus qui vous dépasse, désormais. Et s'il vous faut un volontaire, j'en connais un, envoyez-moi un mail et je vous donne ses coordonnées ;-)

23:46 Publié dans Liège | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : politique, liège, liège 2015, culture, pétition, citoyens | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer