28/02/2009

Dérapage 02 - délires incontrôlés

DERAPAGE2couvWEB.jpgIls viennent de cette partie de la Belgique qu'on dénomme le Pays noir et cela explique peut-être pourquoi Mashall Joe et Dampremy Jack cultivent un humour de la même couleur.

Dans ce deuxième album qui, comme le premier, se présente sous la forme d'une anthologie d'histoires brèves et délirantes, les Sauveurs de la Terre, deux flics répondant aux mêmes noms que les auteurs de l'album, soit Dampremy Jack et Mashall Joe, sont appelés à la rescousse pour déjouer les plans machiavéliques de Señor Cervella, le méchant de service, qui rêve de tout faire péter, les deux héros comme le reste de la planète. D'enquête en enquête, le mystère reste aussi épais et l'humour fait de même.

Car, dans l'univers de Dérapage comix, tout a fâcheusement tendance à partir en sucette. Les héros sont des sales types, racistes, qui exploitent des enfants pour confectionner des ballons et rêvent qu'on les enterre dans un cercueil Ikéa avec pour épitaphe « Ci-gît l'amant d'Hervé Villard » en lettres gothiques. Horrible, n'est-il pas ?

Les aventures sans prétention de ces deux affreux sont à prendre au troisième degré et tout nous y invite, à commencer par des références abondantes à la pop culture cracra (Village People, Mary Poppins, Queen, Avril Lavigne ou encore le roi Léopold II) et un dessin stylisé, où les personnages ont systématiquement la même tête, puis aussi ces décors géométriques truffés de dessins repiqués dans des gravures, de vieilles cartes postales, des plans de montage Ikéa, voitures tirées de planches Letraset et bien d'autres clins d'œil qu'on prend plaisir à voir surgir au détour des cases.

Tout dans ce petit album est référentiel : les illustrations, les personnages et les aventures elles-mêmes, remixes originaux de vieux classiques (l'affrontement entre les gentils et le méchant, la conversation de canapé typique des sitcoms, le robot géant qui marche sur la ville détruisant tout sur son passage...)

A chaque historiette, la narration se réinvente : plusieurs récits sont entièrement sans paroles (les dialogues dans les bulles sont illustrés par des dessins eux aussi), d'autre se présentent avec une voix off, d'autre encore comme de fausses bd classiques... Et, à chaque fois, ça marche : c'est bête et ça fait rire. D'un rire jaune et complice, bête et méchant comme il se doit.

DERAPAGE2int.jpg

Mashall Joe et Dampremy Jack, « Dérapage comix 02, Les sauveurs de la terre », Warum, 112 pages.

PS : si vous n'arrivez pas à lire sur l'écran, achetez l'album ;-)

17:17 Publié dans Notes de lecture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bd, warum, humour, nonsense, humour noir | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

27/02/2009

Traduction automatique ou intelligence feu d'artificielle ?

lee-stoetzel-computer.jpgOn trouve vraiment de très belle chose sur cette infinité qu'est le web 2.0. Des encyclopédies contributives, des photos de famille, du poker en ligne, des recettes de cuisine et...

... une biographie non autorisée (de moi).

Et quand j'écris non autorisée, ce n'est pas tant que les infos soient fausses (pour une fois), car elles ont été piquées sur Wikipedia, mais plutôt qu'elles ont été traduites par un robot kirghize encore au stade de prototype, pas très au fait ni de la grammaire anglaise ni du sens de ce qu'il pond au kilomètre.

Avis aux ingénieurs qui ont programmé la bête : il serait utile d'implémenter le patch prépositions 2.0, la version du logiciel présente dans la machine laisse un peu à désirer.

Je vous laisse juger par vous-même :

Nicolas Ancion is a Belgian writer born with Liege in Belgium, the May 23rd 1971, parents professional marionnettists.

As of its adolescence, it launches out in the writing of Théâtre and of Nouvelle S. Récompensé in 1989 and 1991 by the International prize Young people Authors, it publishes in 1995 its first novel, too blue Blue sky with the Editions of Hèbe, in Suisse. Then a series from novels and collections of poetry will come which will be worth many prices in Belgium to him and abroad. It was allowed within the Association of the Belgian Writers of French language. Nicolas Ancion is also critical books, cartoons and restaurants for Belgian periodicals. After Brussels, Madrid and Liege, he lives from now on Caux-and-Sauzens (Aude), where he settled with his wife and their two children.

Allez, à tout seigneur tout honneur, ce texte a été trouvé ici.

26/02/2009

Ces Somnabules sont-ils équivoques?

randall.jpgC'est très bon signe quand on termine une BD et qu'on a du mal à la comparer à une autre. Oui, bien sûr, graphiquement, on peut dire que le dessin de Randall.C ressemble à un grand mélange de toute la nouvelle génération de bédéastes français, au premier rang desquels on retrouverait Blain, Blutch et Pedrosa, sans oublier les inséparables Dupuy et Berbérian. Rien que ça, ce n'est déjà pas mal, pour un auteur Flamand, qui a grandi au pays de Neron et de Bob et Bobette. Mais quand on regarde le récit qu'il développe, on se dit qu'il devait surtout apprécier les délires d'autres compatriotes venus d'Absurdistan, comme Kamagurka (Cowboy Henk) ou Luc Cromheecke (le génial géniteur des aventures de Tom Carbone). Toutes ces comparaisons, de toute façon, ne font qu'approcher le phénomène, pas le cerner, loin de là.

Pour lui rendre justice, il faut le lire tout simplement.

 

randall2.jpgLes somnambules est un récit hors pair, avec un pied chez Lewis Caroll et l'autre chez Henri Michaux, tendance Monsieur Plume, il démarre par un dialogue entre un jeune gars et sa copine, dans un appartement cosy, un vrai « cliché littéraire » de la nouvelle bande dessinée mais tout cela n'est qu'apparences car le fil que l'on suit, en réalité est celui du dialogue, les mots devenant soudain plus forts que les contraintes d'espace et de temps. On parle d'une île et de la mer, on s'y retrouvera bientôt, en un glissement subtil, logique et décalé, qui ne cessera de rythmer l'album, d'un bout à l'autre. Façon marabout - bout de ficelle, se dit-on au premier abord.

Qui dit mer dit marins, qui dit marins dit sous-marin, qui pense à île pense au naufrage, à la baleine, aux indigènes... Randall.C nous offre tout cela dans un feu d'artifice drôle et déboîté, toujours logique dans son glissement absurde, étonnamment cohérent dans sa manière de découdre le récit pour mieux en découdre avec le propos. Car tout finit par faire sens. « Les somnambules » est un grand livre. Un magnifique album, qui inaugure un genre nouveau, qui ne serait pas le roman graphique mais le poème graphique, un développement narratif inédit qui s'intéresse moins au devenir des personnages plongés dans le réel qu'au développement quasi sans limite de leur imaginaire.

Époustouflant et déroutant. Que demander de plus ?

Allez, je vais le relire, pour le plaisir.

 

Randall.C, Les somnambules, Casterman, 110 p. Traduit du néerlandais.

17:02 Publié dans Notes de lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, poésie graphique, randall.c, casterman | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

Et voilà le travail !

C'est sur le blog de Somebaudy que j'ai trouvé le lien qui pontait vers une quarantaine de photos magnifiques, qui montrent les hommes au travail, aujourd'hui. Elles sont belles, elles sont parlantes. Elle donnent à voir de très jolies images d'une réalité souvent pénible.

On y voit peu le travail de bureau (sans doute pas assez parlant pour l'agence de photo et ses clients), les services en général, mais pour tout ce qui est du secteur secondaire, on est servi : travail du métal, du cuir, de la terre, fabrication d'armes, de blindés, d'avions, de bottes en caoutchouc, de fermetures éclair...

Allez-y voir par vous-mêmes, c'est trop beau pour être laid.

Et je colle ici ma photo préférée, qui ne va pas relever le niveau de ce blog, je le crains...

jock.jpg

12:30 Publié dans Trucs en ligne que j'aime | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photos, travail, emploi, pictures, work | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

Les poètes belges (au moins deux) débarquent à Paris le 7 mars

moules_frites.jpgDans le cadre du Printemps des Poètes, le samedi 7 mars prochain à 20h30, deux poètes belges, Eric Dejaeger et Nicolas Ancion font arrêt à Gare au Théâtre à Vitry-sur-Seine pour une soirée de lecture-spectacle suivie de moules-frites.

Une vraie soirée pour démontrer que la poésie est un genre vivant et poilant.

Ne me dites pas que vous avez mieux à faire...

Ecoutez plutôt la présentation alléchante tirée du site de Gare au Théâtre :

En invitant à Vitry sur seine, deux auteurs belges, Nicolas Ancion et Eric Dejaeger nous souhaitons faire connaître deux hommes qui saisissent, croquent le quotidien avec humour et poésie.
Parce que « rire est le propre de l’homme », notre humanité ressort à gros traits dans ces poèmes inspirés du réel.

En décembre 2006, Gare au Theatre invitait 6 auteurs belges pour participer à une manifestation littéraire : Le Bocal Agité.
Nicolas Ancion, Eric Dejaeger, Claire Gatineau, Marie Henry, Jean-Louis Lippert et Luc Malghem nous avaient rejoint à Vitry pour 3 jours d'intense création artistique.

La plume de Nicolas Ancion séduit Mr. Delagare qui décide de travailler sur cette écriture singulière.
Mr. Delagare présentera cette première étape de travail sous la forme d'un cabaret poétique "Du belge plein les poches" : 50 minutes de textes savoureux, pour vous faire découvrir la plume, la verve, l'humour et la tendresse de ces deux auteurs : Nicolas Ancion et Eric Dejaeger.

-SAMEDI 7 MARS à 20h30 : Présentation du spectacle " Du Belge plein les poches" en présence des auteurs. Suivi d'une rencontre- débat. Et l'entrée est GRATUITE.


Nous nous interrogerons, avec humour et sans intellectualisme forcené, sur le comique dans l’art poétique.

Est ce une désacralisation ?
Pourquoi l’humour rendrait-il moins noble la Poésie ?
Est ce propre aux auteurs belges ?
Le poème est-il simplement un texte qui sublime les petits riens pour en faire des grandes choses, propres à traverser les siècles ?

Pour rester dans le ton, vous pourrez partagez avec nous les célèbres "MOULES FRITES" comme au Vieux Bruxelles !

 

adresse.jpg

 

 

25/02/2009

Toutes mes excuses à Jean-Paul Belmondo

jean-paul_belmondo-natty-450.jpgJe dois présenter toutes mes excuses à Jean-Paul Belmondo. Au cours de l'émission du Jeu des dictionnaires diffusée aujourd'hui sur le Première, radio de la RTBF, j'ai évoqué Jean-Paul Belmondo et ses deux chihuahuas.

Quelle erreur ! (Quelle horreur aussi, à vrai dire, un homme qui exhibe un chien comme Séguéla sa Rolex !)

Ce n'est pas Belmondo qui craque pour les chihuahuas, c'est Paris Hilton.

Bébel, lui, c'est un Yorkshire qu'il exoposait aux regards des photographes, comme cette photo le prouve. On en voit même deux, je n'avais donc pas tout oublié de mes lectures chez le coiffeur, du temps où je ne me faisais pas tondre à domicile.

Me voici donc, contraint et contrit, réduit à présenter mes excuses les plus plates à l'As des As.

Bon, si vous souhaitez écouter les autres conneries que j'ai certainement lâchées pendant cet enregistrement, elles sont baladodiffusées ici et vous pouvez les downloader gratos (après un beau néologisme, rien de tel qu'un bon anglicisme pour rappeler que la langue française n'est heureusement pas insensible aux charmes des langues voisines).

Amusez-vous bien, ceci dit.

20:34 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : radio, littérature, humour, rtbf, belmondo, paris hilton, chien, séguéla, rolex | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

24/02/2009

GMAIL 502 Server Error

Gmail.jpgÇa fait plus d'une heure que Gmail me demande, en anglais, de patienter 30 secondes. Ça discute ferme sur Facebook, ça gronde, ça rage...

On n'est que peu de choses, hein, madame, un seul mail vous manque et tout est dépeuplé.

Allez, ça finira bien par revenir et, si ça ne revient pas, on se fiche les deux doigts dans la prise tout simplement. Ou on traverse la rue pour envoyer le courrier par la Poste. C'est bien aussi, le snail mail :-)

12:27 Publié dans Trucs en ligne que j'aime | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : gmail, panne, web, facebook, erreur, bug | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

23/02/2009

Il manquait les 600 Franchimontois

Il aura juste manqué le vote des 600 Franchimontois pour que Liège réalise l'impossible. Je ne peux que déplorer que la populataion liégeoise soit passée si près de l'exploit. Je ne vais pas tenter de dresser le bilan de toute cette aventure, je vous renvoie au billet que François Schreuer vient de publier sur son blog, je me range entièrement derrière son analyse et je le félicite une fois encore pour l'énergie qu'il a déployée avec les autres du collectif.

Seule réticence - mais elle est de taille tout de même - je ne le suis pas quand il signale que l'accord signé entre le collectif et la ville aurait été plus efficace que le résultat obtenu hier. L'exploit réalisé à Liège hier, celui de mobiliser 11% des électeurs pour tenter de rendre une décision politique plus démocratique n'avait rien à voir avec un marchandage qui se serait signé sur le dos de 20000 pétitionnaires. Le comité Liège 2015 n'aura pas été un modèle de bon fonctionnement interne, François Schreuer l'explique en détail, il aura en revanche été d'uen efficacité sidérante et déroutante, qui a du faire suer plus d'un élu de la majorité.

Même si l'objectif n'est pas atteint, les traces laissée par ce mouvement sont profondes et le signal pour la démocratie est magnifique. Les citoyens ne dorment pas, ils veillent et, quand ils se réveillent, ils peuvent remettre le débat sur les rails.

Allez, Liège n'a pas à rougir de la défaite d'hier.

Le pire des ennemis n'est pas un parti ou l'autre, c'est une fois de plus l'inertie et la mollesse, sur laquelle prennent appui ceux qui ont le pouvoir en mains. Et ils les cultivent avec soin pour s'assurer que personne ne remet en cause leur hégémonie.

L'inertie et la mollesse, on n'a pas fini d'en découdre avec ces deux tares dans le millénaire qui s'ouvre, à mon avis, ni à Liège ni ailleurs !

20:14 Publié dans Liège | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : liège 2015, consultation populaire, ps, liège, politique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

Le Jeu des Dictionnaires, c'est de lundi à jeudi

facultés.jpgTous les soirs, de lundi à jeudi, de 17h15 à 18h, je suis invité au Jeu des Dictionnaires, l'émission de radio qui déconne à longueur d'année sur La Première, en Belgique. Vous pouvez l'écouter en direct, bien entendu (sur les ondes radio ou sur Internet) ou, si vous arrivez un peu en retard, télécharger les émissions pendant une semaine à cette adresse : Podcast du jeu des dictionnaires.

Amusez-vous bien !

21/02/2009

Bienvenue sur le blog totalitaire

Tout aura été permis au cours de la campagne qui a mené à la consultation populaire à Liège demain matin.

Dernière péripétie en date : je découvre qu'on reproche au mouvement citoyen et aux initiateurs de la demande de consultation d'avoir fait preuve d'une "pensée totalitaire". En quoi ? Ce n'est pas expliqué avec précision...

On reproche aux initiateurs d'avoir fait preuve de trop d'enthousiasme, d'avoir cru en leurs idées, d'avoir été convaincants, persuasifs, au point de faire plier l'opinion publique et de contraindre les élus locaux à revenir sur leurs déclarations et décisions.

En quoi est-ce totalitaire ?

Ils n'ont pas laissé suffisamment de place au débat et à la contradiction ?

Allez, mieux vaut en rire ! Les commentaires des blogs ont toujours été ouverts, les pages des journaux également, la parole est offerte à chacun et c'est le silence des défenseurs du NON qui est incompréhensible, pas la ferveur des  enthousiastes.

Pour terminer, avant de vous laisser aller voter demain matin, si ce choix vous concerne, je voulais juste signaler au passage qu'on m'accuse et me reproche d'avoir pris la parole dans ce dossier.

On me reproche d'avoir ouvert ma gueule. A lire certains commentateurs, un écrivain ne devrait pas faire des choses pareilles.

Un bon écrivain, à Liège est-il un écrivain mort ou un écrivain muet ?
Mort et muet, voilà l'idéal, sans doute.

Allez, votez en votre âme et conscience demain. Comme je l'ai déjà dit, dans un grand élan totalitaire dont je suis coutumier, votez oui ou votez non mais votez. Si vous ne vous exprimez pas demain, ne vous plaignez pas ensuite des décisions qui sont prises dans votre dos tout le reste du temps.

Mais je vous connais, amis lecteurs, vous n'aurez pas envie de grasse-matiner demain jusqu'à 13h.

Un réveil démocratique, ça fait du bien à tous, même un dimanche de carnaval.

PS : selon la bonne habitude totalitaire, les commentaires de cette note sont ouverts ;-)

22:20 Publié dans Liège | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : liège, politique, débat, littérature, consultation populaire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer