Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2010

Mardi 9 novembre à Bruxelles : rencontre

cz1.jpgCe mardi soir, le 9 novembre à 20h30, je serai au Jardin de Ma Soeur, à Bruxelles pour une rencontre avec des expatriés tchèques, autour de mes livres et, en particulier de mon recueil "Nous sommes tous des playmobiles", traduit en tchèque sous le titre "Jak Spravne Zabijet" (qui veut dire "J'apprends à bien tuer", surtout quand on met les accents au bon endroit, comme sur la couverture à droite).

Bienvenue à toutes et à tous !

bloplaymobiel.jpgLa rencontre se fera en anglais, donc, je profite de l'occasion pour inviter les néerlandophones, qui ont peut-être lu la traduction de Marc Tiefenthal, publiée chez Vrijdag, que vous voyez à gauche ! Et s'ils ne l'ont pas encore lue, ils auront peut-être envie de le faire ensuite...

Allez, à mardi soir, qui sait ?

 

26/09/2010

Les salons du Livre sont morts, que vivent les salons

blojogging.jpgDans un billet très bien argumenté et joyeusement engagé, Francis Mizio annonce qu'il refuser désormais de se rendre dans les salons pour dédicacer ses livres, quand cette invitation n'est pas liée à l'une ou l'autre activité rémunérée (atelier d'écriture, conférence, lecture...). À ses yeux, le rapport entre auteurs et lecteurs dans un salon n'a pas beaucoup de sens : la dédicace et les quelques mots qu'on échange, les milliers de livres identiques à ceux qu'on trouve en librairie et, comme dans les magasins, tous ces noms d'auteurs que les lecteurs ne connaissent pas (et souvent, pour ne rien arranger, leurs tronches de types pas propres et pas télégéniques). Une foire ne bénéfie ni aux auteurs ni aux lecteurs, tant que le système de vedettariat et de surproduction éditoriale est en place. Voilà le propos violemment résumé. Allez lire l'original, il est plus complexe que ces quelques lignes et plein de jolies initiatives pour changer les choses.

 

Ces impressions, je les partage presque toutes.

 

C'est pour cette raison que j'avais tant apprécié, il y a bien longtemps de cela, à la Foire du Livre de Bruxelles, un stand sponsorisé par la Poste, qui proposait aux auteurs de venir, une heure durant, mettre leur plume au service des lecteurs. Pour écrire quoi ? C'était aux lecteurs d'en décider. L'un voulait une déclaration d'amour, l'autre un souvenir d'enfance, une troisième une lettre d'insulte. Le texte était rédigé à chaud, puis, dans la foulée, si le lecteur le souhaitait, transcrit en braille par un aveugle et, toujours en option, envoyé au destinataire éventuel.

J'ai raffolé de cet exercice. Les auteurs n'étaient plus juste des gueules qu'on colle au dos de leurs livres, ils redevenaient des gens qui écrivent et qui aiment ça, qui, face à un problème donné, trouvent volontiers une solution en mots et en phrases, qui ravit les lecteurs et les lectrices.

Bien entendu, l'année suivante le stand n'était plus là. Sans doute s'était-on trop bien amusé ? Sans doute avait-on bousculé les ordres protocolaires habituels ? Sur le stand de La Poste, les lecteurs ne connaissaient pour la plupart pas les auteurs mais ils les rencontraient vraiment et, peut-être, mais on s'en fout un peu, avaient-ils envie de lire ensuite leurs autres textes. C'est possible, mais ce n'était pas le but premier.

Quelques années plus tard, l'équipe des donneurs, menée par Jean-Pierre Girard, a débarqué à Liège, puis à Bruxelles, pour rallier les écrivains à sacause, celle d'écrivains qui offrent leur plume au public. L'esprit était le même, le plaisir aussi. Au Québec, cela dure depuis longtemps et c'est permanent.

Mais tout seul, sans un collectif d'auteur, on ne peut proposer ça sur un seul stand dans un salon quelconque.

Suffit pas de mettre un petit panneau « Ici auteur à votre disposition ».

J'avais aussi beaucoup aimé la lecture performance organisée par l'embryon de Maelström réEvolution en 2007 dans le petit théâtre de la Foire du Livre de Bruxelles, les lectures en musique y suivaient un cours très organique et festif, façon auberge espagnole où les auteurs se confrontent et s'explorent, se succèdent et s'écoutent, dans la grande tradition des Nuits de la Poésie de feu le Cirque Divers à Liège, par exemple.

Du coup, j'ai proposé l'an dernier d'écrire un roman en 24h chrono à la Foire du Livre de Bruxelles. J'ai adoré ça, j'en ai déjà beaucoup parlé sur ce blog, et je ne pense pas que ça a fait vendre des tas de livres dans la foulée, malgré la couverture médiatique exceptionnelle, mais ce n'était pas le but du tout.

La plus grande vertu de cette performance, à mes yeux, c'est d'avoir remis l'écriture au centre du débat, d'avoir montré dans un salon qu'un écrivain est un bête type avec un cahier ou un clavier et que les trucs qu'on lit ensuite, joliment imprimés, coulent d'abord très spontanément comme la cervelle s'écoule d'un crâne fracassé.

J'ai aussi appris à écrire seul mais en équipe. Pour mon projet, j'avais organisé un concours pour avoir des noms de personnages à intégrer dans le texte, puis, durant toute la rédaction, le manuscrit était lisible en ligne en temps réel, à mesure que je le rédigeais. C'était fun. C'était excitant. C'était surtout vivant et j'ai pu parler de ça, très simplement avec beaucoup de visiteurs du salon. Tout d'un coup, nous avions quelque chose de très concret à échanger. Les gens étaient gentils, m'apportaient à boire et à manger, prenaient de mes nouvelles.

Autre chose que trois heures de signature sur un stand perdu parmi 500 autres auteurs à Brive ou à Nancy, par exemple.

Je serai au Québec l'hiver prochain, je compte bien réitérer le coup de l'écriture en direct. Et recommencer ensuite partout où on voudra bien de moi.

Non pas parce que les textes que j'écris ainsi sont bons mais parce que le moment que je vis avec les visiteurs est exceptionnel.

Je m'amuse et chaque minute est unique.

Comme chaque rencontre avec les lecteurs.

Je suis certain qu'en comptant sur les idées des auteurs pour rendre les salons vivants, ces événements auront encore de très belles années à vivre.

En alliant l'écriture en direct, la lecture et la diffusion numérique, on peut même faire rayonner les salons bien plus loin que la grand-place des villes de province et leurs tentes interminables.

PS : pour illustrer cette note, une auto-photo que j'ai prise la nuit dans la Foire du Livre de Bruxelles, vers 3 ou 4h du mat, tandis que je joggais entre les stands vides pour me dégourdir pendant l'écriture de mon roman. Un moment magique, dans la halle vide, avec les pigeons qui volent et les chauffages qui claquent dans le silence.

17/03/2010

Rencontre ce 18 mars à Saint-Pierre-des-Fleurs

Pour ceux qui habitent dans l'Eure ou pas loin, je serai demain jeudi 18 mars, en compagnie de Jean-Pierre Verheggen pour deux rencontres dans la journée.

 

L'une à 18h30 à la bibliothèque de Saint-Pierre-des-Fleurs, l'autre à la médiathèque de Brionne, à 20h30, pour un Café des poètes.

 

Et pour que vous sachiez tout, je vous colle un peu plus d'infos ici même ! Vous pouvez même télécharger un livret de poèmes pour l'occasion.

 

Que demander de plus ? De la chair et de l'os ? Ok, il faut quitter son écran pour ça et venir à Brionne ou à Saint-Pierre-des-Fleurs demain !

 

Place à la poésie 2010 sur le thème «Couleur femme» du 15 au 21 mars

« Place à la Poésie » a pour but de sensibiliser les Eurois à l'art poétique. Cette manifestation a lieu cette année du 15 au 21 mars. Elle s’inscrit dans le cadre de l’opération nationale le Printemps des Poètes. Organisée par le Département en partenariat avec le Théâtre Ephéméride, cette nouvelle édition parrainée par la poétesse Claude Ber a pour thème « Couleur Femme ».

28 collèges et 35 bibliothèques et/ou communes du Département bénéficieront d'une animation proposée par le Département via le Théâtre Éphéméride ou Cécile Cotté de la Compagnie Io.

Les 8 poètes invités de l’édition 2010 sont :

  • Nicolas Ancion
  • Linda Maria Baros
  • Claude Ber
  • Anne Brouan
  • Agnès Cazorla
  • Sophie Loizeau
  • Jean-Pierre Verheggen
  • Matéi Visniec


Le programme 2010

Le livret des poèmes

24/11/2009

Finaliste du Prix Rossel des jeunes, TF1 et visite à Tournai

IMG_6733b.jpgBeaucoup de déplacements, ces derniers temps, pour la promotion de mon roman et, du coup, cela va de soi, peu de blabla sur ce blog. C'est la loi des vases communiquants : quand on trimballe le vase d'un coin à l'autre du pays, il ne communique plus. Du moins plus sur Internet. Parce qu'en chair et en os, si ça bavarde encore beaucoup.

Je serai d'ailleurs à Tournai ce mercredi 25 novembre (pour rencontrer des classes, tout d'abord, youpie !), et je signerai mon roman "L'homme qui valait 35 milliards" à la librairie Decallonne de 16 à 18h. Si vous passez dans le coin, arrêtez-vous un instant pour papoter.

Et si vous n'habitez pas dans le coin, restez donc éveillés le 30 novembre jusqu'à 2h du mat ! Je suis invité sur TF1 par Michel Field et Hubert Artus dans l'émission "Au Field de la nuit", où je réponds aux excellentes questions des lycéens de Lille.

Et, à propos de Lycéens, je suis tout content d'apprendre qu'après la sélection pour le Prix Indications du Jeune critique mon roman est finaliste du Prix Rossel des Jeunes. Je ne dirai rien pour ne pas influencer le (jeune) jury mais je suis ravi, déjà, que mon roman soit décortiqué par des lecteurs passionnés et impitoyables. Résultat final le 2 décembre. On y sera vite.

Et pour illustrer tout ça, j'ai mis une photo du Mensuel, en tournée dans les bons théâtres belges toute cette année. La photo est extraite de mon vaudeville-feuilleton (je pense que le terme vient de s'inventer pour l'occasion) "Laeken-sur-Mer" avec Renaud Riga dans le rôle du Prince Philippe et Sandrine Bergot dans celui de la princesse Mathilde. Si vous êtes gentils, j'ajoute une photo de la reine Fabiola dans sa chaise croulante.

Bonnes lectures à vous !

08/10/2009

Signatures en librairie et interviews en ligne

Chers amis et lecteurs,

Dans les semaines qui viennent, je vais rendre visite à quelques librairies pour papoter, lire  des extraits de "L'homme qui valait 35 milliards" et signer, qui sait, quelques exemplaires tout frais.

Peut-être aurez-vous l'envie d'assister à l'une de ces rencontres ? En voici la liste.

- Le vendredi 16 octobre, je serai à Toulouse à la librairie L'autre rive, à partir de 19h.

- Le jeudi 29 octobre, je serai à Bruxelles, à la librairie Filigranes, de 18 à 20h.

- Le vendredi 30 octobre, je serai à Liège, à la librairie l'Echappée belle, de 17h30 à 19h30.

- Le samedi 31 octobre, je serai à Herve à la bibliothèque communale toute la journée, en compagnie de Frédérique Dolfijn, pour une rencontre autour de la nouvelle.

Bienvenue à toutes et tous !

Et si vous préférez rester chez vous, vous pouvez toujours réécouter les deux interviews diffusées aujourd'hui à la RTBF.

- L'interview grille-pain par Sébastien Ministru dans Snooze sur PureFM

L'interview dans Culture Club, par Laurent Dehossay sur La Première.

21/09/2009

Petit-déjeuner à la librairie où les playmobiles font leurs courses !

Si vous avez regardé la bande-annonce ci-dessous, vous connaissez la librairie Mots et Cie, à Carcassonne, où les playmobiles vont acheter "L'homme qui valait 35 milliards".

Ce samedi 26 septembre, Mehdi, le libraire dynamique et de bon conseil, vous invite pour un petit-déjeuner littéraire à partir de 10h30. Au menu : cake de roman, café au canular et tarte à la crème bien fouettée pour lancer sur les grands patrons de passage. Ça se passe donc à Carcassonne, chez Mots et Cie, rue Armagnac.

Bienvenue à toutes et tous !

Prochaines étapes de la tournée :

  • Toulouse, à la librairie l'Autre Rive, le vendredi 16 octobre en fin de journée
  • Bruxelles, à la librairie Filigranes, le jeudi 29 octobre, de 18 à 20h
  • Liège, à la librairie L'échapée belle, le vendredi 30 octobre, de 17h30à 19h30

08/09/2009

Grande braderie de livres au juste prix

Pour sensibiliser les lecteurs aux méfaits du pilon, cette pratique en usage dans l'édition, qui consiste à détruire par milliers les livres invendus pour libérer de la place dans le stock, un collectif belge d'éditeurs et d'auteurs lance en cette rentrée littéraire une opération à grand spectacle.

Ils annoncent ainsi que plus de dix mille livres vont être libérés dans le grand public au juste prix (le lecteur donne ce qu'il veut en échange du livre).

Je fais partie des auteurs qui soutiennent cette iniative depuis le début. N'hésitez pas à relayer l'info !

Voici le communiqué complet :

 

maelstrÖm reEvolution® s’allie aux éditions L’Arbre à Paroles et La 5e Couche et avec L’Association des Cercles Etudiants de l’ULB pour revendiquer par avance toutes les actions commandos anti-bibliocide perpétrées lors de la première

SEMAINE DES LIVRES À PRIX LIBRE

DU 22 AU 26 SEPTEMBRE 2009


dans le cadre de l’opération

MORT AU PILON !

LES LIVRES INVENDUS LIBÉRONS !


NON À LA SURPRODUCTION PLANIFIÉE

Pilonner les livres est aussi barbare que les brûler, mais provoque moins d’indignation. Les feuilles vierges obtenues grâce aux pages imprimées recyclées fourmillent de fantômes. Des mots ressurgissent, des terminaisons de verbes achèvent de se décomposer, des bribes de ponctuation affleurent. L’autodafé lave quand même plus propre. (Roland Topor) Éditeurs, revuistes, auteurs et autres humanistes, rejoignez cette action !


DÉCLARATION

Le pilon est une étape désormais “ normale ” d’un cycle de sur-impression/production/commercialisation. Nous, artisans du livre, commerçants sentimentaux qui refusons haut et fort cette pratique devenue systématique, avons décidé de LIBERER nos livres surnuméraires, rituellement, une fois l’an !


APPEL

Lecteurs et Amateurs du livre en tout genre, bibliothèques d’hôpitaux, de prisons, d’écoles, d’associations et d’ONG, venez participer à cette opération et prenez tous les livres que vous désirez ces jours-là : leur prix est libre et sera donc celui que vous leur donnerez !


AVERTISSEMENT

Des dizaines de commandos anarcopsychotiques spécialisés dans la lutte contre la barbarie sillonneront la ville à pied, en camionnette et en charrette ! et libéreront des centaines de livres dans la rue, les cafés, le métro, les couloirs de journaux, radios, télés, institutions et ministères… à la Prison de Saint-Gilles, à la Grand-Place, aux Halles Saint-Géry, au Palais de Justice, à la Gare Centrale, dans des grandes surfaces, etc. et même dans des librairies !


ARGUMENT

* Chaque rentrée littéraire est assortie de son lot de surproduction.

* la surproduction de livres : c’est imprimer délibérément plus de livres que le marché ne peut en absorber, afin d’occuper visuellement le marché-territoire en empilant le plus de livres possible.

* le rythme de roulement des livres en librairie classique est de plus en plus court : de quelques mois, il y a encore quelques années, nous sommes passés à quelques semaines aujourd’hui (parfois 2 ou 3) : on ne laisse plus le temps aux livres de se faire connaître. Les librairies s’industrialisent et le fonds disparaît : les nouveautés ne lui laissent plus de place.

* la pratique des « offices »1 et des « marges arrière » génère un flux tendu, « de la production à la consommation ». Aujourd’hui, on compte généralement entre 40 à 60% de « retours » de livres invendus.

* ces invendus peuvent être revendus à des grossistes, à des prix imbattables. de plus en plus, ces invendus sont directement renvoyés du revendeur (libraire) au distributeur, puis envoyés au pilon.

* le pilonnage des livres, c’est la destruction massive des livres dans des usines spécialement prévues à cet effet (qui les achètent jusqu’à 100 € la tonne). 1500 tonnes de papier peuvent être ainsi broyées toutes les 5 minutes. On transforme les livres en de très belles « balles » colorées (des cubes de 1 m3 en moyenne qui peuvent peser parfois jusqu’à 250 kg !) Voir la vidéo : http://ma-tvideo.france3.fr/video/iLyROoafJFNn.html

* ces « balles » sont revendues (à 30 € l’unité) et envoyées par cargos dans des pays comme la Chine ou l’Inde afin d’être traitées chimiquement (on sépare les encres du papier à très bon prix en Asie) pour en faire du PQ, des cartons d’emballage, des abats-jour… ou du nouveau papier à imprimer… qui sera revendu à l’industrie des pays occidentaux… Certains prétendent qu’il s’agit de développement durable (sic.) cf. l’excellent article paru dans le Livre Hebdo du 30.10.08 Le cauchemar du pilon (http://bibliobs.nouvelobs.com/20081030/8211/le-cauchemar-...)

* ce cercle de surproduction, pour certains types de livres seulement pour le moment (non ou peu illustrés), connaît pourtant des alternatives de plus en plus probantes : l’impression à la demande, numérique, se développe de plus en plus dans les imprimeries.


CONCRÈTEMENT

COMMENT ?

En organisant cette semaine des Livres au Prix Libre. Chaque livre libéré par son éditeur sera échangé contre monnaie, la valeur de l’échange étant laissée à l’appréciation de l’acquéreur. Des lectures d’auteurs de livres “libérés” ainsi que d’auteurs faisant paraître des nouveautés se produiront sur place ! Le public sera invité à participer activement !


OÙ ?

* À BRUXELLES : ULB–Solbosch (Bâtiment F - Hall des restaurants) – Avenue Paul Héger – 1060 Bruxelles (de 11h à 17h du 22 au 25 inclus) – Permanence à LA GOUTTE – 135 avenue de l’Hippodrome, 1050 Ixelles – du mardi au samedi, de 14h à minuit; le dimanche après 17h. Lectures, concerts, performances, le 24 septembre à 18h. Et dans plusieurs lieux de la ville par des actions commandos : à la Prison de Saint-Gilles, à la Grand-Place, aux Halles Saint-Géry, au Palais de Justice, à la Gare Centrale, dans des librairies, dans des grandes surfaces, etc. Une camionnette ainsi qu’une charrette rebaptisées Book Squad / Véhicules de la Libération des Livres sillonneront la ville à partir des deux campements de base : l’ULB et les Halles Saint- Géry.

* À AMAY : à la Maison de la Poésie d’Amay, qui met à disposition un magnifique entrepôt, un théâtre à rebâtir (le Théâtre des Utopies), 8 place des Cloîtres, à 4540 Amay. Lectures le samedi 26 septembre, à partir de 19h30.


QUAND ?

Pendant toute la semaine du 22 au 26 septembre 2009 inclus.


PLUS D’INFOS

sur les sites des éditeurs : http://www.maelstromreevolution.orghttp://www.maisondelapoesie.comhttp://www.5c.be sur Facebook, cherchez l’événement « Mort au Pilon ! »

INFOS ET CONTACTS


Daoud El Gian +32.(0)498.60.72.53 – Xavier Löwenthal +32.(0)479.35.10.83 – David Giannoni +32.(0)497.33.73.25


ARTICLES DIVERS

http://bibliobs.nouvelobs.com/20081030/8211/le-cauchemar-...

http://www.lepoint.fr/actualites-litterature/2008-07-24/l...


VIDEO

http://ma-tvideo.france3.fr/video/iLyROoafJFNn.html

Faites circuler l’information !


ONT ADHÉRÉ À CETTE OPÉRATION DÈS LA 1ERE HEURE

Ed. Adage (Québec) . éd. L’Arbre à Paroles (Be) . éd. L’Association (Fr) . éd. La 5e Couche (Be) . maelstrÖm reEvolution (Be) . Maison de la Poésie d’Amay (Be).Nicolas Ancion (auteur, Be) . Samuel Arcan (traducteur, Arg) . Ben Arès (poète, Be-Madagascar) . Antonio Bertoli (poète, It) . dAnte bertOni (thérapoète, It-Be) . Martin Bakero (poète, Chili-Fr) . Antoine Boute (poète, Be) . Francis Chenot (poète, Be) . Marianne Costa (poète, traductrice, Fr) . Chantal Deltenre (auteur, Fr-Be) . Laurent d’Ursel (Lœuvrette Factory, Be) . Otto Ganz (auteur, Be) . Théophile de Giraud (auteur trublion, Be) . Serge Delaive (auteur, Be) . Daoud El Gian (anarcopsychotique, Mar) . Sandrine Emmery (artiste, Be) . Dafné Erysnomia (secrétaire, Be) . Michèle M. Gharios (auteur, Liban) . David Giannoni (poète, Be-It) . Kenan Görgün (auteur, Be) . Pierre Guéry (auteur, Fr) . Sylvie Leroy (artiste, Be) . Julie Lévy (future infirmière, Be) . Frédérique Longrée (artiste, Be) . Rio di Maria (poète, Be) . Xavier Löwenthal (artiste, Be) . Tom Nisse (auteur, Be) . Mathieu Pierloot (auteur, Be) . Milady Renoir (auteur, Be) . Elizabeth Robert (auteure, traductrice, Ca) . Gaetan Saint-Remy (cinéaste, Be) Keyvan Sayar (auteur, Fr-Iran) . Damien Spleeters (auteur, Be) . Laar U Khan (informaticien, In) . Antoine Wauters (poète, Be) . Marco Zagaglia (cinéaste, Be) Anonymes, lecteurs, auteurs, éditeurs, libraires, journalistes, écologistes et autres idéalistes pragmatiques y adhèrent jour après jour…

NON A L’OVERDOSE PLANIFIÉE !

MORT AU PILON ! MORT AUX BIBLIOCIDES !

VIVE LES LIVRES LIBRES !

16/08/2009

Première rencontre de la rentrée littéraire

C'est avec grand plaisir que je serai le vendredi 21 août à la librairie Lire entre les Vignes à Sainte-Maxime pour une rencontre avec les lecteurs en tongs et les lectrices en paréo.

Venez bronzés, venez coup-de-soleillés, venez comme vous voulez mais vemez nombreux.

Ce sera l'occasion de découvrir ensemble "L'homme qui valait 35 milliards" que je tiendrai en mains pour la première fois ce soir-là.

A Sainte-Maxime, donc.

Le 21 août 2009.

A 19h30.

A bientôt !