Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2009

L'homme de l'année 2009 devrait être une femme

homme femme wc g.jpgC'est de saison, la fin d'année approche et, comme le veut la tradition, les Liégeois sont appelés à voter pour le candidat de leur choix, parmi une sélection de 25 personnalités, classées en 5 catégories. Les cinq personnes les plus plébiscitées (une par catégorie) seront ensuite départagées par une brochette de journalistes (issus des trois rédactions qui organisent l'événement : le quotidien La Meuse, l'hebdo gratuit Vlan-Spectacles et la télé locale RTC). J'ai volontairement tout accordé au féminin parce qu'on a beau frôler la fin de première décennie du XXI siècle, la place publique reste horriblement dominée par... les hommes. Sur 25 candidats sélectionnés pour l'élection du Liégeois 2009 (sic), il y a royalement (ou républicainement ou principautairement, comme on voudra, on est à Liège, tout de même) : 3 femmes.

Oh, là, là, c'est un détail, diront certains.

Oui, bien sûr, toute cette élection n'est qu'un détail et un petit jeu pour stimuler le plaisir de vivre au même endroit (ou presque) et la fierté locale (ce qui n'est pas un mal en soi). Oui, bien sûr, les votes populaires par Internet et par coupon-réponse sont aussi fiables que les études sur les énergies renouvelables financées par le lobby nucléaire. Oui, bien sûr, il n'y a pas de quoi fouetter une chatte ou réveiller les chiennes de garde, mais tout de même, ce n'est guère réjouissante. Catégorie exploits, économie et société : pas une seule femme. Les 3 bienheureuses sélectionnées sont deux sportives (une équipe de handball et une judoka) et une actrice de cinéma.

Je ne tire pas de conclusions, il n'y a pas besoin de le faire, le constat est déjà suffisamment triste ainsi.

Et le hasard de l'agenda fait que j'avais reçu une invitation à boire un pot avec des vieux amis lors de mon retour à Liège pour les fêtes de fin d'année. Quand j'ai répondu, tout content, que nous étions libres le soir proposé ma femme et moi, un ami m'a répondu que c'était une sortie "entre mecs". Comme s'il fallait avoir une bite et deux couilles pour boire des verres dans un café, comme si le taux de testostérone changeait  quelque chose à l'ambiance de ce genre de nuit qui s'enfonce toujours dans la même direction, de toute façon, au bout du compte. Je me suis rendu compte après coup que le message n'avait pas été envoyé à toute la bande d'amis mais juste aux mâles parmi ceux-ci. Je n'avais pas remarqué car je ne soupçonnais même pas que l'on puisse penser et agir comme cela.

J'ai répondu tout simplement que je ne viendrais pas. Mes amis n'ont pas de sexe, je ne couche pas avec eux : je parle, je rigole, je bois, je refais le monde et je me démonte, je peux finir dans un sale état mais je ne peux en aucun cas être assez con pour penser qu'un sexe se porte mieux quand on l'isole de l'autre. J'ai subi ça pendant douze années d'études, ça m'a suffi.

Dans la vie d'adulte, je suis pour la mixité.

PS : Et si vous souhaitez avez envie que je sois élu Liégeois de l'année, c'est tout simple et ça prend deux minutes. Vous allez sur le site http://www.liegeois2009.be vous vous inscrivez et vous pouvez ensuite voter pour qui vous voulez (je suis sélectionné pour ma part dans la catégorie culture mais vous êtes libre de voter comme ça vous amuse, surtout pour une judoka ou une équipe de handball). Chaque voix compte. Merci pour la vôtre !

08/10/2009

Signatures en librairie et interviews en ligne

Chers amis et lecteurs,

Dans les semaines qui viennent, je vais rendre visite à quelques librairies pour papoter, lire  des extraits de "L'homme qui valait 35 milliards" et signer, qui sait, quelques exemplaires tout frais.

Peut-être aurez-vous l'envie d'assister à l'une de ces rencontres ? En voici la liste.

- Le vendredi 16 octobre, je serai à Toulouse à la librairie L'autre rive, à partir de 19h.

- Le jeudi 29 octobre, je serai à Bruxelles, à la librairie Filigranes, de 18 à 20h.

- Le vendredi 30 octobre, je serai à Liège, à la librairie l'Echappée belle, de 17h30 à 19h30.

- Le samedi 31 octobre, je serai à Herve à la bibliothèque communale toute la journée, en compagnie de Frédérique Dolfijn, pour une rencontre autour de la nouvelle.

Bienvenue à toutes et tous !

Et si vous préférez rester chez vous, vous pouvez toujours réécouter les deux interviews diffusées aujourd'hui à la RTBF.

- L'interview grille-pain par Sébastien Ministru dans Snooze sur PureFM

L'interview dans Culture Club, par Laurent Dehossay sur La Première.

05/10/2009

Le Mensuel sur scène pendant toute la saison

mensuelaffiche2009.jpgC'est reparti pour une année décapatante et corrosive. Pendant toute la saison, le Mensuel fait le tour des scènes thâtrales de Belgique avec sa nouvelle formule au vitriol.

Plus décapant que la soude, plus tordant qu'un essoreuse : rires jaunes et rires gras garantis 100% d'actualité.

Chaque mois, l'équipe du Mensuel mange toute l'actualité politique et économique, locale et planétaire, puis la régurgite sur scène dans une formule théâtrale à chaud, détonnant et déconnante, où la langue de bois se fait débiter à la disqueuse et la censure censurer.

Une expérience à ne pas louper. Ça ne dure qu'une saison et après c'est fini pour toujours. Ne venez pas dire qu'on ne vous avait pas prévenus, ce serait un mensonge.

Pour ma part, j'ai le plaisir chaque mois de gros bouts du spectacle (mais je n'ai pas la chance de pouvoir y assister, je suis trop loin de la Belgique).

A vous de découvrir tout ça sur scène !

Plus d'infos pratiques sur les lieux et les dates sur le blog du Mensuel.

16:16 Publié dans Théâtre en cours | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mensuel, actualité, théâtre, humour, liège | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

25/09/2009

Mon roman traduit en anglais... en six heures chrono !

hommequi.jpgLors des interviews à l'occasion de la sortie de mon roman, on m'a souvent posé la même question : "Avez-vous envoyé votre roman à Lakshmi Mittal ?" et j'ai chaque fois répondu que non, que je n'ai pas son adresse et que je ne le connais pas, que je ne vois pas pourquoi j'aurais dû lui envoyer mon livre en service presse (après tout, il n'est pas journaliste, que je sache). Quand on m'a demandé s'il l'avait lu et s'il avait réagi, j'ai répondu que je n'en savais rien et qu'il n'avait, jusqu'alors, pas pris contact avec moi.

Depuis hier matin, j'en sais un peu plus.

C'est la RTBF qui l'annonce ce jeudi matin aux infos régionales : la direction d'Arcelor a fait livrer un exemplaire de « L'homme qui valait 35 milliards » à Londres lors de sa sortie en Belgique et a fait traduire le livre en six heures en anglais pour le Président (qui n'est autre que Lakshmi Mittal, personnage du livre).

Cette info me laisse rêveur : 6 heures pour traduire 288 pages, cela tient de l'exploit ou de l'exploitation ! Un traducteur littéraire professionnel aurait obtenu 3 mois de délai pour réaliser ce travail. Qui donc a les capacités de traduire aussi vite ? Steve Austin, l'homme qui valait 3 milliards lui-même, lancé à fond de balle ? Pas même. La réalité est qu'en six heures on doit pouvoir concocter un résumé rapide et repérer les passages les plus intéressants pour la première fortune d'Angleterre. Ceux qui parlent du personnage qui porte son nom, en d'autres termes.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Lire c'est bien. C'est très bien, même. Utiliser cette lecture comme excuse pour ne pas relancer l'activité sidérurgique, c'est autre chose.

Voici l'extrait du journal parlé de 7 h30, du jeudi 24/9/2009, où Michel Grétry raconte la réunion de comité de suivi entre direction et syndicats la veille chez ArcelorMittal à Liège. Il explique qu'on a surtout parlé de l'image de marque du site liégeois d'ArcelorMittal dans les médias pour le moment :

"C'est que les Liégeois n'ont pas bonne presse en haut-lieu. L'état major de la multinationale est chatouilleux comme dans toute société cotée en bourse, il cherche à contrôler l'information, soit. Mais cette volonté prend des formes insoupçonnées (...), lors de la parution du livre "L'homme qui valait 35 milliards", un roman surréaliste qui imagine l'enlèvement du grand patron en personne d'ArcelorMittal, l'ouvrage aurait été commandé et apporté le jour-même au siège londonien de la firme et le texte traduit en quelques heures pour que le Président puisse en prendre connaissance. Vraie ou fausse, l'anecdote a servi d'argument pour justifier les hésitations d'ArcelorMittal à s'investir en Région wallonne. Un bouquin peut-il vraiment bloquer une coulée d'acier? C'est difficile à croire. Il serait temps sans doute de revenir à des logiques plus industrielles."

Après vérification auprès de plusieurs journalistes, les sources concordent : la direction d'ArcelorMittal fait croire que la sortie de mon roman (le 27 août 2009, faut-il le rappeler) est un des éléments qui empêchent la réouverture des sites sidérurgiques liégeois aujourd'hui ! Je suis sidéré.

Suis-je le seul à me souvenir que la fermeture de la phase à chaud dans le bassin liégeois a été annoncée officiellement dès 2003 par ArcelorMittal et que la société n'a jamais vraiment changé de cap depuis. La réouverture ? Mais c'est de la poudre aux yeux pour éviter une réaction des ouvriers dans la rue. On les licencie par tranche d'un millier pour éviter l'affrontement et diviser les troupes. La stratégie est vieille comme le licenciement mais elle marche toujours.

Mon roman serait responsable de la fermeture des haut-fourneaux décidée 6 ans avant sa sortie ?

Comme quoi, on peut faire partie du management d'un groupe sidérurgique et confondre des notions aussi simples que la cause et la conséquence !

Non, mon roman n'a pas provoqué la fermeture mais l'annonce de la fermeture a par contre mis en branle l'envie de l'écrire...

 

28/08/2009

Avalanche de presse pour "L'homme qui valait 35 milliards"

C'est la coulée continue ! Et ça colle bien avec l'histoire du roman !

La sortie de "L'homme qui valait 35 milliards", c'était hier, officiellement, et cela fait qelques jours que la presse parle du livre, très gentiment et très abondamment. Le 27, c'était Vers l'Avenir, La Meuse et Femmes d'aujourd'hui. Aujourd'hui, c'est le Soir (je n'ai pas encore pu lire l'article, je suis un peu loin) et tout un dossier sur le site des métallos de la FGTB 6com.be.

Ils ont même fait une jolie bannière, que voici :

banniere6com.jpg

Si vous voulez lire ces articles et ces interviews, vous pouvez toujours visiter la page presse de mon site.

23/02/2009

Il manquait les 600 Franchimontois

Il aura juste manqué le vote des 600 Franchimontois pour que Liège réalise l'impossible. Je ne peux que déplorer que la populataion liégeoise soit passée si près de l'exploit. Je ne vais pas tenter de dresser le bilan de toute cette aventure, je vous renvoie au billet que François Schreuer vient de publier sur son blog, je me range entièrement derrière son analyse et je le félicite une fois encore pour l'énergie qu'il a déployée avec les autres du collectif.

Seule réticence - mais elle est de taille tout de même - je ne le suis pas quand il signale que l'accord signé entre le collectif et la ville aurait été plus efficace que le résultat obtenu hier. L'exploit réalisé à Liège hier, celui de mobiliser 11% des électeurs pour tenter de rendre une décision politique plus démocratique n'avait rien à voir avec un marchandage qui se serait signé sur le dos de 20000 pétitionnaires. Le comité Liège 2015 n'aura pas été un modèle de bon fonctionnement interne, François Schreuer l'explique en détail, il aura en revanche été d'uen efficacité sidérante et déroutante, qui a du faire suer plus d'un élu de la majorité.

Même si l'objectif n'est pas atteint, les traces laissée par ce mouvement sont profondes et le signal pour la démocratie est magnifique. Les citoyens ne dorment pas, ils veillent et, quand ils se réveillent, ils peuvent remettre le débat sur les rails.

Allez, Liège n'a pas à rougir de la défaite d'hier.

Le pire des ennemis n'est pas un parti ou l'autre, c'est une fois de plus l'inertie et la mollesse, sur laquelle prennent appui ceux qui ont le pouvoir en mains. Et ils les cultivent avec soin pour s'assurer que personne ne remet en cause leur hégémonie.

L'inertie et la mollesse, on n'a pas fini d'en découdre avec ces deux tares dans le millénaire qui s'ouvre, à mon avis, ni à Liège ni ailleurs !

20:14 Publié dans Liège | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : liège 2015, consultation populaire, ps, liège, politique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

21/02/2009

Bienvenue sur le blog totalitaire

Tout aura été permis au cours de la campagne qui a mené à la consultation populaire à Liège demain matin.

Dernière péripétie en date : je découvre qu'on reproche au mouvement citoyen et aux initiateurs de la demande de consultation d'avoir fait preuve d'une "pensée totalitaire". En quoi ? Ce n'est pas expliqué avec précision...

On reproche aux initiateurs d'avoir fait preuve de trop d'enthousiasme, d'avoir cru en leurs idées, d'avoir été convaincants, persuasifs, au point de faire plier l'opinion publique et de contraindre les élus locaux à revenir sur leurs déclarations et décisions.

En quoi est-ce totalitaire ?

Ils n'ont pas laissé suffisamment de place au débat et à la contradiction ?

Allez, mieux vaut en rire ! Les commentaires des blogs ont toujours été ouverts, les pages des journaux également, la parole est offerte à chacun et c'est le silence des défenseurs du NON qui est incompréhensible, pas la ferveur des  enthousiastes.

Pour terminer, avant de vous laisser aller voter demain matin, si ce choix vous concerne, je voulais juste signaler au passage qu'on m'accuse et me reproche d'avoir pris la parole dans ce dossier.

On me reproche d'avoir ouvert ma gueule. A lire certains commentateurs, un écrivain ne devrait pas faire des choses pareilles.

Un bon écrivain, à Liège est-il un écrivain mort ou un écrivain muet ?
Mort et muet, voilà l'idéal, sans doute.

Allez, votez en votre âme et conscience demain. Comme je l'ai déjà dit, dans un grand élan totalitaire dont je suis coutumier, votez oui ou votez non mais votez. Si vous ne vous exprimez pas demain, ne vous plaignez pas ensuite des décisions qui sont prises dans votre dos tout le reste du temps.

Mais je vous connais, amis lecteurs, vous n'aurez pas envie de grasse-matiner demain jusqu'à 13h.

Un réveil démocratique, ça fait du bien à tous, même un dimanche de carnaval.

PS : selon la bonne habitude totalitaire, les commentaires de cette note sont ouverts ;-)

22:20 Publié dans Liège | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : liège, politique, débat, littérature, consultation populaire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

19/02/2009

L'enregistrement, c'est ce soir

L'enregistrement du Jeu des Dictionnaires, c'est ce soir. Je ne recopie pas toute l'info, il suffit de lire ceci pour en savoir plus.

Belle journée à vous !