Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2010

Dans l'Album sur Televesdre

Il y a quelques semaines, j'ai eu le plaisir d'enregistrer l'émission L'ALBUM pour Télévesdre, lors d'une soirée littéraire à Thimister.

 

Je ne capte pas cette télé à Carcassonne mais Internet permet de rattraper cela et tous les hqbitqnts de mon petit village de l'Aude, par exemple, mais ça marche aussi à Bamako ou aux Îles Andaman, peuvent se sentir un peu verviétois d'adoption, en regardant cette séquence.

 

Et pour les étudiants qui m'envoient des mails avec des questions d'interview, il suffit de regarder la vidéo pour trouver plein de réponses.

 

Dans tous les cas, amusez-vous bien.

 

Et merci à Urbain Ortmans pour l'interview, puis à Télévesdre pour le lien !

201003162104152010-#23F7B3D.jpg

26/04/2010

Christoph Niemann est brillant

NYorker.jpgChristoph Niemann est un graphiste incroyablement doué.

 

J'ai découvert ce matin, d'un coup, le blog de graphisme minimal qu'il tient sur le site du NY Times (où il a notamment publié des images minimalistes de NY réalisées en briques Lego) et son site Internet avec de nombreuses images, dont les couvertures réalisées pour le New Yorker. Les galeries valent largement la visite.

 

Niemann vit désormais à Berlin avec sa famille et, après avoir beaucoup hésité, il a une très jolie salle de bain en hommage à Andy Wharol et à Joseph Beuys, et ses enfants en ont une aux couleurs du métro nouillorquais.

 

Je suis un peu jaloux, mais ça demanderait trop de boulot de recommencer la mienne. Et on n'en a qu'une pour toute la famille, on ne tomberait jamais d'accord sur la déco !


22/04/2010

C'est quoi une twitterview ? Définition.

twitterview.jpgUne TWITTERVIEW, c'est tout simplement une interview réalisée via Twitter (vous savez, ce site dit de "micro-blogging", c'est-à-dire ce site-de-textos-qu'on-diffuse-en-ligne-et-pas-sur-téléphones-portables-et-qui-sont-publics-comme-les-blogs-mais-plus-tordus-et-moins-accessibles-du-genre-qu'on-doit-mettre-des-#-devant-les-sujets-et-des-@-devant-les-gens-et-une-fois-qu'on a-compris-ça-on-a-tout-compris-mais-on-ne-le-dit-pas-sinon-tout-le-monde-va-quitter-Facebook-pour-venir-sur-Twitter-et-il-faudra-recommencer-ailleurs-les-discussions-entre-gens-qui-sont-à-la-page).

Et comme un exemple vaut mieux qu'un long discours, je vous renvoie vers le site du slammeur-micro-romancier Leroy K. May pour y lire cette twitterview réalisée en dix minutes chrono.

Amusez-vous bien !

PS : Pour les non-Geeks, vous trouverez en illustration une capture d'écran de la manière dont les questions me sont arrivées sur Twitter.  Pour les réponses, allez donc voir cette twitterview!

08/04/2010

Achève-moi donc cette nouvelle

achevemoi.jpgAchève-moi, c'est l'invitation lancée par un formidable concours d'écriture ouvert à tous, dans le monde entier, à l'initiative de la Province de Liège.

 

Huit débuts de nouvelles, écrits par huit écrivains belges, sont proposés au public. Chacun est libre de choisir celui qui lui parle plus particulièrement et, avant le 15 mai, de rédiger la suite (et la fin) du texte en question.

 

Les auteurs qui vous proposent un bout de démarrage sont Christine Aventin, Luc Baba, Vincent Engel, Jean-Luc Fonck, Bernard Gheur, Caroline Lamarche et Grégoire Polet. Puis moi, aussi, c'est vrai.

 

Pour montrer le bon exemple, je vous propose ici le début de texte que j'ai rédigé, en espérant que cela vous donne envie d'écrire la suite !

 

Si on t'avait dit qu'un jour, tu marcherais à pied, le long de la route, avec un jerrycan d'essence au bout du bras, tu ne l'aurais pas cru. Pas sur la nationale qui passe derrière chez toi, pas à cinq minutes à pied de ta villa. On tombe en panne au bout du monde, au coin d'un bois, au bord d'une falaise, aux portes du désert, pas dans l'allée de son garage, entre le portillon électrique et la boîte aux lettres. Pourtant, cette nuit, tu marches et tu sais que la station-service la plus proche est à douze kilomètres. Une fameuse distance, à tailler dans le noir, guidé par la peinture blanche au bord de la route, la silhouette des poteaux parfois et la lumière aveuglante des phares, de temps à autres.

Les voitures te dépassent sans s'arrêter.


Un homme seul au bord de la route, ça fait peur. On appuie sur la pédale, le moteur gronde et toi, toujours silencieux, tu vois les feux rouges s'éloigner, rapetisser puis disparaître. Tu marches sans tourner la tête et cette solitude te fait un bien fou. Même si le bidon de plastique pèse dans ta main, même si le bruit de l'essence secouée flique et floque au rythme de tes pas, tu savoures le calme de cette route de nuit.


Tu te demandes d'ailleurs pourquoi tu marches si rarement, pourquoi, comme tous les autres, tu t'assieds derrière ton volant pour le moindre déplacement. Sans doute parce qu'on a toujours payé ta voiture, ton essence, ton assurance. Parce que tu travaillais pour une des plus grosses compagnies pétrolières aussi. Tu roulais en quatre-quatre comme tu portais la cravate, le costume trois pièces et les valises pleines de billets pour graisser les rouages des administrations un peu poussiéreuses. Tu en as vu, du paysage : des pays sans touristes en Asie du Sud-Est, des coins reculés en Afrique et des anciennes républiques soviétiques, dont tu n'as pas même retenu les noms; tous ces paysages, tu les as regardés de haut tandis que ton jet atterrissait, puis défiler derrière les vitres teintées des voitures de fonction, avec chauffeur et air conditionné, tu avais de la chance, c'est ce que tout le monde disait autour de toi, un boulot bien payé, qui te faisait voyager, un employeur royal, qui n'avait jamais hésité à récompenser ta fidélité : vacances au Vanuatu, aux îles Fidji, à la Barbade, tu aurais pu te lasser des îles et des mers vertes mais tu as profité de tout ça sans compter et tu n'as jamais imaginé que tout cela pourrait avoir une fin.

(à suivre... mais c'est à vous de vous charger de la suite)

 

Et si l'envie vous vient de participer au concours d'écriture, rendez-vous sur le site http://www.achevemoi.be pour obtenir tous les rensignements pratiques.

20/01/2010

Deux de mes romans lisibles sur Iphone !

Depuis ce matin, deux de mes romans pour ados sont disponibles pour lecture sur iPhone et sur iPod Touch ! Ils ont chaucn fait l'objet d'une application spécifique, qui permet de lire le texte intégral du roman sur téléphone portable. Le livre numérique, ce n'est pas demain ou après-demain, c'est déjà aujourd'hui (et ça l'était déjà hier, d'ailleurs) et sans devoir acheter des liseuses très chères (suffit d'avoir un téléphone hors de prix, ce que je ne possède pas, personnellement, je le signale au passage, mais bon, il y a quelques millions de personnes qui en ont déjà un dans la poche depuis belle lurette, c'est plutôt pour eux que cette application est conçue).

La société qui a réalisé l'application est celle qui a réussi la version du quotidien Le Soir pour iPhone.

Et voici la présentation des deux titres.

Bonnes lectures à tous les aventuriers du numériques et les geeks de passage ;-)

 

 

Le garçon qui avait mangé un bus.jpgLe garçon qui avait mangé un bus

Depuis l'accident qui a totalement détruit le bus dans lequel il était, Joseph a mal à la tête. Et quelques méchants trous de mémoire: impossible de se souvenir d'où sort la boue qui macule le bas de son pyjama. Ni de ce qu'il fait en ce moment sur le boulevard, les bras chargés de courses, alors qu'il devrait être à l'école. Et pourtant, cela aurait pu être bien pire: certains passagers du bus sont toujours à l'hôpital, plongés dans le coma...

Taille : 0,8 MB

Prix : 4,99 EUR

Parution : 20 janvier 2010

Lien iTunes : http://itunes.apple.com/be/app/id350541217?mt=8


 

Le garçon qui avait avalé son lecteur mp3.jpgLe garçon qui avait avalé son lecteur MP3

Joseph doit perdre du poids. Ce n'est pas lui qui l'a décidé, c'est le docteur. Pour l'encourager, on lui a offert un magnifique baladeur MP3.

Lorsque Joseph s'était mis en route, la matinée était belle. Pourtant, voici que le ciel s'assombrit soudain et qu'au détour du bois surgit un chien aux yeux rouges comme la braise. La course qui s'engage risque bien d'entraîner Joseph beaucoup plus loin qu'il ne le pense...

Taille : 0,8 MB

Prix : 4,99 EUR

Parution : 20 janvier 2010

Lien iTunes : http://itunes.apple.com/be/app/id350540197?mt=8

11/01/2010

Votre nom dans un roman ? C'est facile de devenir un héros de fiction !

liegeois2009.jpgVous le savez sans doute déjà si vous lisez régulièrement ce blog : j'ai le plaisir de figurer parmi les candidats au titre de Liégeois de l'année 2009, pour avoir écrit le roman « L'homme qui valait 35 milliards » et ramassé deux prix littéraire au cours de l'année écoulée.

A présent, les candidats sont départagés par un vote populaire en ligne.

C'est là que j'ai besoin de votre soutien. On peut voter tous les jours et chaque voix compte.

D'autant plus que des concurrents astucieux offrent un téléviseur à écran LCD à une des personnes qui votera pour eux. Un téléviseur à écran plat ? Mais dans cinq ans, il finira au parc à conteneurs ou à la déchetterie, comme toutes les nouveautés technologiques. La mode change tellement vite ! Souvenez-vous des téléviseurs à coins carrés d'il y a dix ans à peine... Ils nous paraissent déjà ringards et dépassés...

C'est pour cela que je vous propose une offre bien plus durable ! Vous pouvez donner votre nom à un des personnages de mon prochain roman, celui que j'écrirai en direct de la Foire du Livre de Bruxelles, en mars prochain !

Comment ça marche ? C'est très simple. Voici les étapes à suivre.

1. Vous vous inscrivez sur le site de vote (c'est ce nom et prénom que j'utiliserai peut-être pour un personnage, vous êtes donc libre de choisir un pseudonyme si vous préférez ou le nom de votre papy ou de votre doudou, si c'est lui que vous voulez faire entrer dans la fiction).

> Pour vous INSCIRE > CLIQUER ICI

2. Vous votez le plus souvent possible (au maximum une fois par jour, jusqu'au 25 janvier, c'est la régularité qui fait la différence, je pense). Il faut voter pour un candidat par catégorie. Si vous ne connaissez pas les autres candidats, ce n'est pas grave. Évitez juste de voter systématiquement pour le premier de chaque catégorie, c'est ce que tout le monde fait et ça soutient de manière involontaire les mêmes candidats, que le hasard a placés en tête de listes.

> Pour VOTER > CLIQUER ICI

3. Vous pouvez également devenir supporter de ma candidature (ça ne sert à rien dans le vote mais ça fait trembler les autres candidats ;-)

> Pour DEVENIR SUPPORTER > CLIQUER ICI

 

Et si vous avez envie de m'envoyer un petit message pour me signaler que vous avez très envie que votre nom soit choisi pour devenir celui d'un personnage de roman, signalez-moi par mail, tout simplement ! Au plaisir de vous lire et merci de votre soutien !

 

30/09/2009

Classement Wikio d'octobre : résultats

Apple-iMac-clavier-bluetooth.pngCela fait longtemps que je n'ai plus glosé un peu au sujet du classement Wikio, cet outil qui est à la blogosphère ce que le classement des ventes de LivresHebdo est au petit monde littéraire, un truc dont tout le monde dit se foutre mais que chacun regarde régulièrement (mais tout de même pas aussi souvent que les classements de vente de ses propres titres sur Amazon).

Comme je viens de rendre visite au blog de Ferocias et qu'il déplore que les blogueurs ne traitent plus du sujet, je me mets tout de site au travail pour signaler que, par ces temps de rentrée littéraire, il est bien normal qu'on ne perde pas son temps à dire du mal des modes de calcul du classement. On a d'autres choses à faire :

- si on est blogueur lecteur, on a 659 romans à lire (ce qui est pénible pour un être humain, on préfère se mettre en bande pour y parvenir et on contribue donc à Chroniques de la rentrée littéraire, à Evene ou à Critiques Libres);

- si on est auteur et qu'on a publié récemment, on a des dizaines de journalistes à convaincre, des interviews à préparer ou des confrères à tuer pour avoir droit à un peu d'espace médiatique ailleurs que sur son propre blog;

- si on est auteur et qu'on n'a rien publié ces derniers mois, on se remet au travail au plus vite, la rentrée et la saison des prix, c'est déprimant.

A la limite, on va voir ce qui se dit sur ActuaLitté ou Bibliobs pour se tenir au courant.

En aucun cas, non, vraiment, en aucun cas, on ne se tracasse pour le hit parade mensuel de Wikio.

Pas avant que le Goncourt ne soit attribué, tout de même. Chaque chose en son temps.

 

08/09/2009

Making of de la bande-annonce de L'homme qui

Le site actualitté m'a offert une carte blanche pour expliquer comment avait été réalisé la bande-annonce de "L'homme qui valait 35 milliards", ils viennent de la publier ce midi. Si vous voulez la lire, voici l'intro, rédigée par la rédaction, pour la suite, il suffit de suivre le lien.

La vidéo, outil de promotion essentiel pour un écrivain
Et si...


On parle beaucoup de bandes-annonces ces derniers temps, dans la promotion des livres : le marketing viral permis par les réseaux de partage de vidéos comme YouTube ou DailyMotion permette de contourner la difficulté de la publicité à la télévision pour les livres et d'assurer son propre marketing.

Avec plus ou moins de réussite, de talent, de brio ou même de moyens. Mais justement, ce ne sont pas ces derniers qui déterminent la qualité ni l'efficacité de ces clips. Ce serait plutôt l'envie que les auteurs peuvent avoir de développer l'outil vidéo et de parvenir à en profiter pour valoriser leurs ouvrages.

L'un d'eux, Nicolas Ancion, nous a dernièrement contactés pour nous faire part de son expérience dans le domaine, mais également des enjeux que cette nouvelle publicité peut offrir aux écrivains.