Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2010

Une nouvelle disponible sur ONLiT

Le site littéraire ONLiT, animé par Benoît Dupont (Edgar Kosma derrière son clavier), vient de publier une courte nouvelle que j'ai écrite. Elle est disponible en libre accès, n'hésitez pas à aller la lire, si vous en avez l'envie.

Je vous copie ici le début du texte, libre à vous de filer ensuite sur ONLiT pour découvrir la fin !

 

Senteurs d'été


Le problème, avec les femmes que j’aime en été, c’est qu’elles puent. Une odeur forte, une odeur de cire moisie, de cave humide et de terre qu’on retourne.

Peut-être que je les choisis mal, peut-être que je ne sais pas les entretenir, n’empêche, suffit que je m’endorme à leur côté pour que je me réveille au milieu de la nuit, le corps trempé, le front ruisselant, le nez rempli de cette odeur de viande pas fraîche.

En hiver, je n’ai pas les mêmes problèmes, je dors la fenêtre ouverte et la fraîcheur du soir les aère sans effort. Mais en été, c’est pas pareil.

Et pour lire la suite, c'est ici.

06/04/2010

Envie d'écrire dans un château ?

Vous rêvez de vous faire inviter dans un château pour écrire ?

Ce n'est pas impossible. Il suffit d'avoir un projet d'écriture et d'avoir déjè publié au moins un livre. Alors qu'attendez-vous pour lire la suite ?

Ecrire dans un château, 4e édition: du 9 au 27 août 2010
Attention: date limite de soumission des candidatures:
30 avril 2010


Situé à l’orée de la forêt d’Anlier, le château du Pont d’Oye se transforme en résidence internationale d’auteurs durant une session de 19 jours.

Du 9 au 27 août 2010, onze auteurs (romanciers, poètes ou dramaturges d’expression française, déjà publiés au moins une fois) pourront donc séjourner dans cette résidence du XVIIIe siècle, chargée d’une très longue tradition littéraire, afin de mener à bien un manuscrit en cours. Sept auteurs (belges, français et luxembourgeois, en vertu de bourses octroyées par la Communauté française de Belgique, la Région française de la Lorraine et le ministère de la culture du Grand-Duché de Luxembourg) ainsi que deux auteurs québécois - pris en charge par la Province de Luxembourg - sont sélectionnés par un jury « Grande Région » composé de neuf femmes et hommes de lettres. Par ailleurs, afin de permettre à des artistes de Port-au-Prince de reprendre leur travail dans des conditions paisibles, Wallonie-Bruxelles International (ex CGRI) finance le séjour de deux auteurs haïtiens (comme ce fut le cas en 2009 et après accueilli le Mali, le Bénin et le Congo).

L’offre faite aux auteurs est de travailler dans la beauté calme d’un vaste cadre forestier et en régime de chambres d’hôtes.

Véritable ruche littéraire – les auteurs résidents bénéficiant d’un temps d’échanges lors du repas du soir –, la résidence du Pont d’Oye a ceci de spécifique qu’elle convoque toute la chaîne textuelle. En témoigne la lecture spectacle du 22 août 2010: il s’agit en fait d’un parcours à la fois musical et littéraire assuré par des comédiens professionnels, ouvert au plus large public, à d’autres auteurs, à des professionnels de la scène et autres responsables culturels. A mi-parcours de la résidence, le 17 août août, une soirée sera consacrée à une lecture de textes par les auteurs résidents eux-mêmes (soirée ouverte au public).

Le candidat à la résidence doit remplir deux conditions : avoir déjà produit au moins une œuvre littéraire éditée par un éditeur professionnel et avoir un manuscrit en cours.

Le dossier de candidatures doit comporter :
• une lettre de motivation
• un CV
• un extrait du projet d’écriture en cours (une page)

C’est au CRPO (Centre de rencontre Château du Pont d’Oye)
– à l’attention de Marie-Anne Lorgé ou de Louis Goffin
– que doivent parvenir les dossiers de candidature pour le 30 avril 2010 au plus tard, à l’adresse : 1, rue du Pont d’Oye, B/ 6720 – Habay-la-Neuve.

Infos par courriel : lh.goffin@skynet.be ou mlorge@netcourrier.com

16/03/2010

Paul Nougé plus (im)pertinent que jamais

Les années passent et la pertinence de certains textes poétiques ne faiblit pas.

 

Il y a quelques semaines, lors d'une sorte de nettoyage de fin d'hiver, j'ai sorti sur le trottoir devant la maison, sur la place centrale du village, un fameux fatras, dont deux panneaux qui reprennent, en fac simile, deux poèmes de Paul Nougé. Pour ceux qui ne connaissent pas le recueil "La publicité transfigurée" de Paul Nougé, je ne peux que les renvoyer à ses oeuvres complètes publiées à l'Âge d'homme (sous le titre "L'expérience continue") ou à l'indispensable anthologie parue en poche dans la collection espace Nord (moins joliment intitulée "Fragments"). En deux mots, ce sont des poèmes présentés comme des publicités de l'entre-deux guerres.

 

Autant dire que ces deux panneaux ont perturbé la vie du village. Les voiture ralentissaient en traversant la place, les vieux s'arrêtaient et, après lecture des panneaux, repartaient pour le moins perplexes. "Ils sont fous, ces Belges", murmuraient-ils sans doute, imaginant peut-être que j'étais l'auteur de ces panneaux.

 

Ce n'est pas tant le bordel - pourtant impressionnant - qui inquiétait les passants, c'étaient les mots. N'est-ce pas la meilleure preuve, à quelques jours du Printemps des Poètes, que la poésie ne prend pas une ride et traverse les siècles ? Ce serait réjouissant.

Blonouge2.jpg

 

11:25 Publié dans Ecriture | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paul nougé, surréalisme, écriture, publicité, pub, poésie, citation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

07/03/2010

24h Chrono à la Foire du Livre : le roman achevé !

labenécriture.jpgÇa y est, je suis sorti du l@b de la Foire du Livre de Bruxelles et j'ai achevé l'écriture du roman en 24h précises.

Comme annoncé, j'ai relu le texte à tête reposée, je l'ai toiletté et mis en page. Et je vous le propose en lecture, deux jours à peine après la fin de son écriture !

Dans quelques jours, je reviendrai ici raconter en détail les péripéties de cette magnifique aventure. Merci encore à toutes et tous pour votre soutien.

Voici le fichier. Amusez-vous bien : Une très petite surface - Nicolas Ancion.pdf

01/03/2010

24h chrono dans le L@b de la Foire du Livre

Le l@b.jpgComme je l'ai déjà expliqué aux lecteurs de ce blog, je vais rédiger un roman en direct et en public, enfermé dans le L@b de la Foire du Livre. Les visiteurs pourront, pendant les heures d'ouverture, lire sur grand écran les bêtises que j'écris.

Mais pendant la nuit - et le reste du temps aussi - les internautes qui le souhaitent - pourront suivre l'avancée du manuscrit sur ce blog.

Je publierai à flux tendu (non, pas en temps réel, je ne dispose pas des outils nécessaires) les tranches du texte ici même. Avec des liens sur Twitter (je placerai la clé de référence #lab24 pour faciliter la lecture du fil) et sur Facebook, via mon profil.

Ça démarre mercredi 3 mars à 21h.

Ça s'achève 24h plus tard, le jeudi 4 mars à 21h également.

Vous pourrez commenter tout cela en long et en large, je lirai vos commentaires après la performance, promis.

Allez, à mercredi, je vais faire une sieste pour me préparer !

PS : on en parle sur Actualitté, par exemple, ou sur Lire est un plaisir.

15:16 Publié dans Ecriture | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : l@b, roman, littérature, foire du livre, 24h, performance | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

24/01/2010

Un roman écrit en direct de la Foire du Livre à Bruxelles

Cage de verre.jpgBon, voyons, on dirait bien que ce projet secret a déjà connu pas mal de fuites. A vrai dire, l'idée n'était même pas encore concrètement arrêtée qu'un article dans le Soir y faisait déjà écho. Pour être complet, même au moment où j'écris ces lignes, le projet est encore en état d'ébullition et il le restera sans doute jusqu'à ce qu'il soit terminé pour de bon.

C'est sa nature, il me ressemble, il n'est pas très organisé. Et c'est tant mieux.

Disons, pour résumer, que lors de la prochaine Foire de Bruxelles, je vais écrire un court roman en direct et en public.

Voilà, comme ça c'est plus clair.

Concrètement, voici le timing.

Le mercredi 3 mars 2010, jour de l'ouverture de la Foire.

16h, je m'envole vers Bruxelles. C'est là, à l'aéroport, dans l'avion puis dans le bus vers Bruxelles, que je me mets au travail, que je commence à rassembler des idées, à les mettre en ordre dans ma tête, sans écrire le texte. Avant ça, pas la peine de me demander de quoi le texte va parler, je n'en saurai rien du tout.

20h, arrivée à la Foire. C'est l'inauguration, il y a des petits fours, pleins de gens avec des têtes à cravates et des livres partout, que personne ne regarde (on préfère les chips, les pains surprises et le mousseux, c'est ça bosser dans l'édition). Je découvre mon lieu de travail, le Lab. J'installe mon PC, mon stylo, je ds bonjour à tout le monde et...

Vers 21h30, je me mets au travail.

Pendant 24h sans m'arrêter, je bosse à la rédaction de mon roman. J'écris un premier jet sans dormir, sans réfléchir, jusqu'au jeudi 4 mars à 21h30 où j'arrête.

Je dis que c'est fini, même si ce n'est pas vrai.

Je me félicite et je vais dormir un bon coup.

Le vendredi, je me repose en rendant visite à des classes puis à une bibliothèque à Thimister.

Le samedi 6 mars, je viens à la Foire du Livre corriger le manuscrit et papoter avec les lecteurs. Signer quelques livres aussi, qui sait... Mais des plus vieux, que j'ai déjà écrits et qui sont déjà imprimés.

On me dira certainement que ce projet ressemble à la Cage de verre de Georges Simenon, qui avait accepté le défi de s'enfermer dans une cage de verre pour écrire un roman en trois jours. Mais le sponsor principal de son projet, un quotidien parisien, a fait faillite quelques jours avant l'événement, en 1927. La cage de verre était construite mais Simenon n'a jamais pris place à l'intérieur pour écrire. Il le confirme d'ailleurs dans un bel entretien accordé à Francis Lacassin.

Pour résumer tout ça en une formule, je vais donc tenter de réussir là où Simenon a échoué ;-)

 

PS : l'article mis en illustration est lui-même illustré par Loustal :-)

 

30/11/2009

Invité cette nuit sur TF1

Au field de la nuit.jpgJe vous envoie l'info un peu tard mais je serai cette nuit sur le plateau de l'émission Au Field de la Nuit pour parler de mon roman "L'homme qui valait 35 milliards", suite aux nombreuses réactions de lecteurs sur le forum de l'émission. Pour reprendre l'expression du chroniqueur, "c'est mon roman qui a fait le buzz" depuis la rentrée littéraire sur le site de TF1 (tout peut donc arriver en ce bas monde).

La diffusion est annoncée à 1h du mat : les livres sur TF1 ne sont pas une priorité, si vous en vouliez une preuve, la voici.
A partir de demain matin, on devrait pouvoir regarder l'émission via Internet sur le site de TF1, à cette adresse:

http://www.tf1.fr/au-field-de-la-nuit/videos/

Pour ma part, je ne capte pas cette chaîne, je regarderai sur le net demain.

Bonne nuit à toutes et tous !

PS : si vous avez vu l'émission, libre à vous de la commenter ici, bien entendu !

16/10/2009

Un roman pour Sarkozy à Gandrange

Nicolas Sarkozy était hier en visite à Gandrange pour tenter de faire diversion sur différents sujets et, surtout, revenir sur les lieux où il avait promis que l'inéluctable n'aurait pas lieu, que la fermeture par ArcelorMittal serait annulée.

Tout le monde attendait son retour sur les lieux. Tout le monde attendait son discours.

J'aurais bien aimé, moi, qu'il aille puiser quelques citations dans "L'homme qui valait 35 milliards" pour interpeller, par exemple, Lakshmi Mittal, sur sa décision de fermeture. Ça aurait été amusant. Ça ne s'est pas passé mais ça ferait peut-être un bon sujet de nouvelle ;-)

En attendant, je vous colle ici:

- le lien vers le débat de Face à l'info consacré à la sidérurgie hier sur la RTBF (autour de mon roman, en présence de l'ancien patron de Cockerill avant la revent à Usinor et du patron des métallos de la FGTB) :

http://old.rtbf.be/media/radio/alademande/prem_face_1812/JE_prem_face_1812.mp3

- un article paru dans "Le Carnet et les Instants" qui fait un bon résumé du bouquin.

Article Carnet et les Instants.jpg