Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2012

Une nouvelle à lire sur ONLiT

La revue ONLiT publie aujourd'hui son 100e texte en ligne.

Un joli score et un travail éditorial de longue haleine qui mérite le détour : textes toujours courts et incisifs, dérangeants ou dérangés, émouvants ou émus... à vous de les découvrir.

Et comme j'ai eu l'honneur d'être invité à proposer un texte pour cette 100e publication, je vous propose ici le début. Et j'espère que vous irez sur le site d'ONLiT pour lire la suite.

Bon amusement !

1eca156427374c8abf4738e42b464eef_XL.jpg

TANT DE CHIENS

Il y a des jours, comme ça, où on ferait mieux de ne pas se lever. Le bocal de Nescafé est vide, la bonbonne de gaz lâche son dernier souffle quand on est sous la douche et on finit, trempé et glacé, par essuyer ses aisselles encore savonneuses avec la première serviette qu'on trouve, juste avant de se rendre compte que c'est celle qu'on a utilisée la veille pour transporter un chien mort. Et s'il y a bien un truc qui pue plus qu'un chien mouillé, c'est un chien écrasé dont les tripes pendouillent sous l'abdomen. Vous pouvez me croire, je sais de quoi je parle. Je ne suis peut-être pas vétérinaire mais je connais ce genre de drame mieux que personne.

 

Mon boulot à moi, ce n'est pas détective, c'est plutôt nettoyeur privé. Pas du genre qui éradique les cafards et les puces, ces trucs-là sont trop tenaces pour moi, ma spécialité, ce sont les encombrants : les concurrents, en affaire comme en amour, ceux dont on veut se faire quitte à bon compte. J'ai ouvert une petite agence de services aux particuliers, j'ai mon bureau près de la machine à fléchettes au fond du bar Chez Josiane, je suis juste à côté des toilettes, c'est pratique pour évacuer ce que j'ingurgite à longueur de journée et l'odeur évite que mes clients ne s'attardent trop pour  raconter leurs malheurs. Certains habitués du troquet s'imaginent sans doute que je tiens une permanence politique. C'est vrai que mon boulot n'est pas très différent, au fond. Les gens viennent me confier leurs petits soucis ou leurs grosses emmerdes, ils me disent de qui ils souhaitent se débarrasser et moi je leur rends service. Même si je ne fais pas ça pour récolter des voix mais pour récolter des sous, à vrai dire, au bout du compte, le résultat est le même. Parce que le politicard, s'il veut des voix, c'est pour être élu, et s'il veut être élu, c'est pour toucher le salaire. On fait le même genre de travail avec les mêmes objectifs : on est au service du public. (Lire la suite sur ONLiT)

01/03/2012

On cherche des figurants nus pour l'adaptation de mon roman

Lakshmi Mittal, Liège, arcelormittal, théâtre, collectif MensuelDepuis ce 28 février, dans le cadre de l'adaptation de "L'homme qui valait 35 milliards" pour la scène (première en octobre 2012), un casting est organisé pour recruter :

- une cinquantaine de figurants nus pour rejouer la scène de la photo avec les ouvriers d'ArcelorMittal dévêtus qui accueillent Lakshmi Mittal à Liège (une journée de tournage début mai);

- un sosie de Lakshmi Mittal (cinq journées de tournage début mai).

Le tournage aura lieu dans la région liégeoise.

Si vous êtes intéressé(e), vous pouvez envoyer un mail à l'adresse 35milliards@hotmail.be.

Et pour en savoir plus sur la pièce et le casting, la Meuse a publié un long article ce matin, que je vous joins ici.

Bonne lecture !

26/02/2012

Qui peut m'aider à identifier ce buste de d'Artagnan ?

Qui ne connaît pas le célèbre d'Artagnan, héros d'Alexandre Dumas, apparu dans les Trois Mousquetaires puis dans Vingt Ans Après et Le Vicomte de Bragelonne ?

Le personnage historique dont Dumas s'est inspiré a bel et bien existé, même si on n'a de lui qu'un seul portrait gravé a posteriori, dans l'édition de ses mémoires, après sa mort.

Tout cela est fort bien expliqué dans Wikipedia.

Ce que je cherche à savoir, à présent est si ce buste en marbre blanc représente bien d'Artagnan et qui pourrait l'avoir sculpté, au cours du XIXe siècle ?

sculpture,buste,marbre,d'artagnan,dumas

Précisions techniques : le buste est en marbre blanc, destiné à être exposé dos au mur, il pèse 70 kilos environ pour 60 cm de haut et de large. Une pièce en métal cylindrique fixée dans le marbre permet de poser le buste sur un piedestal sans doute. Pas de trace de signature ni de cartouche repérée à ce jour.

Si vous avez des indices, des pistes, des hypothèses, n'hésitez pas à me le faire savoir.

Merci pour votre aide !

sculpture,buste,marbre,d'artagnan,dumas

sculpture,buste,marbre,d'artagnan,dumas

sculpture,buste,marbre,d'artagnan,dumas

sculpture,buste,marbre,d'artagnan,dumas

10:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sculpture, buste, marbre, d'artagnan, dumas | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

12/02/2012

Petite réponse à un courrier

small_113625510.jpgJ'ai reçu un courrier électronique plutôt banal, ce matin. Il provenait de l'organisateur d'un petit salon du livre dans une commune de la région. Après avoir expliqué que les autorités locales lui avaient confié la mission d'organiser le salon, l'auteur du mail en vient à la raison de son message : il me propose de venir signer à son salon, moyennant le paiement de X euros par mètre linéaire de table mise à ma disposition.

Pour ne rien arranger, il m'enjoint de faire circuler l'information auprès de mes contacts écrivains.

Hum.

Il m'a semblé que ce courrier méritait une réponse, je vous la livre ici. Si vous êtes auteur, n'hésitez pas à copier-coller le texte pour gagner du temps la prochaine fois que vous recevrez une invitation de ce type.

Monsieur,

Merci pour votre message.
Toutefois, tout comme mes confrères de l'association Autour des Auteurs (qui regroupe les auteurs du Languedoc Roussillon), je ne peux accepter une invitation où l'on me demande de payer pour venir fournir le contenu d'un événement littéraire.

Imaginez-vous d'annoncer que vous organisez un concert puis d'envoyer un mail aux musiciens du coin en leur proposant de venir jouer en payant "pour un tarif plancher de 20 EUR la demi-heure de concert" ? Non, bien évidemment.

Les musiciens, les clowns, les comédiens, les chanteurs, vous les payez ou, à tout le moins, vous les défrayez, pour toutes les activités auxquelles vous les conviez. Alors pourquoi tenter le coup avec les auteurs ?

Une manifestation autour du livre ne peut fonctionner sans auteurs. Ce sont eux qui écrivent les livres qui seront présentés lors de votre salon.

Mais il ne faut pas confondre auteurs et marchands de livres. Si vous voulez des libraires, adressez-vous à eux. Si vous voulez des auteurs, invitez-les professionnellement, en leur proposant conférence, rencontre ou débat, en les invitant à signer sur un stand tenu par un libraire ou un bénévole.

Il existe une charte des manifestations littéraires en Languedoc Roussillon, qui vous aidera sans doute à y voir plus clair sur l'organisation d'un tél événement. Voici le lien vers ce document : http://www.lr2l.fr/charte-des-manifestations-litteraires-...

Bien cordialement,

Nicolas Ancion (auteur)

J'aurais pu être plus virulent, j'aurais pu expliquer que l'écriture est mon métier et que je ne "gagne" pas même un euro sur un livre vendu, que je me vois donc difficilement gagner ma vie à vendre les samedis et dimanches mes propres livres dans les vide-greniers de la région mais je me suis abstenu.

Je ne crois pas que j'irai à ce salon, je ne vous précise donc pas dans quelle localité il est organisé.

 

photo : darkmatter via photopin cc

17:26 Publié dans Ecriture, Rencontres publiques | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

05/02/2012

Création de la Compagnie de lecteurs et d'auteurs (CLEA)

clea, reseau, lecteurs,auteurs,littérature,compagnie de lecteurs et d'auteurs,belgique,bruxellesComme je viens de recevoir un mail m'invitant à participer à la création de CLEA et que je ne suis pas disponible pour ce projet, je le partage avec vous en espérant que certains des lecteurs de ce blog seront intéressés.

Bonne lecture

Bonjour,


Nous avons le plaisir de vous annoncer la création de CLéA, Compagnie de Lecteurs et d'Auteurs. 

Le but de cette association est de permettre à des auteurs de faire lire leur manuscrit.
Il s'agira pour ceux-ci de bénéficier d'un regard extérieur sur leur texte mais aussi, dans certains cas,  d'un accompagnement dans un travail d'écriture/réécriture.

Notre première mission est de constituer une Compagnie de Lecteurs.
Nous sommes donc à la recherche de lecteurs enthousiastes, et curieux de découvrir de nouveaux auteurs. 
Ces lecteurs ne doivent pas disposer d'une formation littéraire mais d'une expérience personnelle, d'un goût pour la lecture (romans, nouvelles, récits de vie...). Il leur sera proposé de lire des manuscrits afin de communiquer à l'auteur d'une part un constat (parler de ce qu'ils ont lu)  et d'autre part leurs impressions personnelles (ce qu'ils ont ressenti lors de la lecture).   
Ce rôle de lecteur au sein de CLéA est accessible aux personnes qui, par ailleurs, sont aussi auteurs. Nous misons sur le fait que ce travail sur d'autres textes et les échanges qui en découleront leur donneront une expérience intéressante pour leur écriture personnelle.

Pour devenir membre de notre Compagnie, les lecteurs sont invités à participer à un atelier d'une journée, animé par Réjane Peigny.
Nous y expérimenterons divers outils utiles à la lecture de textes avec commentaires, et examinerons la charte de la Compagnie, destinée à garantir un cadre de qualité et de respect. Cette journée sera aussi l'occasion de faire connaissance avec les autres lecteurs
Une fois membre, le lecteur sera contacté par CLéA pour des demandes de lecture, qu'il est libre d'accepter ou de refuser, selon son intérêt pour le manuscrit et sa disponibilité.
Des réunions seront organisées pour permettre aux lecteurs de la Compagnie de partager expériences et réflexions; d'autres occasions leur seront offertes pour rencontrer les auteurs.

Si cette approche de la lecture et des commentaires, la découverte de textes, la rencontre avec d’autres lecteurs et avec des auteurs vous intéressent, nous vous invitons
à nous rencontrer  à la Foire du Livre (stand 114 Indications/Kalame où nous tiendrons une permanence de 14h à 16h les 2 vendredi mars (Réjane Peigny et Laurence Ortegat) et dimanche 4 mars (Laurence Ortegat et Sophie Coppens),
à participer à la réunion d'information qui aura lieu le lundi 5 mars à 18h, à Bruxelles.  Pour recevoir plus d'information sur cette rencontre, merci de nous envoyer un mail (compagnie.clea@gmail.com) ou de nous contacter par téléphone au 0474/198 428  (Laurence Ortegat, après 17h et le week-end).
 
Merci d'avance pour l'attention que vous porterez à ce projet et n'hésitez pas en parler autour de vous,

Laurence Ortegat
Réjane Peigny
Sophie Coppens
Amélie Dewez

 PS : pour illustrer ça, rien de tel qu'un bon vieux réseau téléphonique et électrique asiatique aérien.

09/12/2011

Bocal Agité : auteurs, mouillez-vous !

Frictions Urbaines

- Appel à participation -

le bocal agité

35ème édition

"Vivre la ville demain"

Telle est la question posée aux auteurs

Alors mouillez-vous !

du jeudi 19 au samedi 21 janvier 2012

Le Bocal Quezako ?
Trois jours pour écrire, mettre en scène, jouer et en parler
Un outil de rencontre d'écritures en mouvement.
Un contenu qui change dans un contenant solide et transparent comme un bocal.

Programme :
Après une rencontre avec un groupe d'étudiants en architecture et un groupe d'habitants, les auteurs écrivent un texte court à partir d'une même contrainte.
- Jeudi 19 janvier à 19h : lecture et formation des équipes de travail.
- Vendredi 20 et samedi 21 de 9h à 18h : mise en jeu des textes
- à 19h : présentation des formes courtes

Metteurs en scène, interprètes
L'aventure vous intéresse ?
Alors inscrivez-vous par mail ou tel
01 55 53 22 22 - com@gareautheatre.com
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
GARE AU THÉÂTRE
13 rue Pierre Sémard 94400 Vitry-sur-Seine
01 55 53 22 22 - contact@gareautheatre.com
www.gareautheatre.com

29/11/2011

Dédicaces ce samedi à Montreuil

Image-1-150x150.pngBien que je publie de la littérature jeunesse depuis une dizaine d'années, c'est la première fois que j'irai au Salon du Livre Jeunesse de Montreuil, ce samedi 3 décembre à partir de 10h.

J'aurai le plaisir de signer "Momies et compagnie", aux côtés de Bruno Tatti sur le stand des Editions Graine 2.

Si vous êtes dans le coin ou si vous aimez prendre le train, si ce jour-là vous ne faites rien et que vous n'êtes pas trop loin...

... venez tout plein ! On vous garantit de superbes dédicaces à 4 mains !!

(Et un cadeau pareil, pour Noël, c'est hyper trop bien.)

21/11/2011

Une Belgique sans gouvernement

A l'occasion du nouvel échec des négociations gouvernementales, je republie ici un texte écrit pour le psectacle Mensuel, qui a  tourné dans les salles, il y a plus de six mois de cela...

Le texte n'a pas vraiment pris une ride, bien au contraire.

Bonne lecture, et faites tourner autour de vous si vous en avez l'envie :-)

 

On dit que la Belgique n'a pas de gouvernement.

Les mauvaises langues prétendent que nous détenons le record, qu'aucun pays au monde n'a mis autant de temps pour se mettre d'accord, pas même l'Irak après la guerre.

Eh bien, c'est vrai, le record du Cambodge est bien dépassé.

En 2003, le Cambodge avait tenu 353 jours et finalement formé un gouvernement avec 207 ministres !

207 ministres... ça fait rêver.

Pourquoi pas dix millions de ministres, tant qu'on y est.

Ah non : 5 millions de ministres et 5 millions de chauffeurs, pour les conduire.

Un joli gouvernement... Enfin !

Ah mais non ! La Belgique n'est pas du tout sans gouvernement.

Bien au contraire ! On n'en a jamais eu autant

Pendant toute cette crise, nous avons encore 6 gouvernements en état de marche. Gouvernement wallon, flamand, bruxellois, gouvernement de la Communauté germanophone, de la communauté flamande, de la Communauté française.

 

Pas de gouvernement en Belgique ? Qui a dit une bêtise pareille ?

Parce qu'en plus de ces six là, faudrait pas oublier les 10 provinces, les 589 communes, avec chacune leur petites tribunes, leurs élus et leurs chauffeurs. Et les budgets à dépenser.

Et aujourd'hui, on a aussi l'Europe, avec son Président qui est Belge, ses commissaires de tous les pays et ses lois qui pleuvent comme des retombées nucléaires.

Pas de gouvernement en Belgique ? Faut habiter très loin pour le penser !

 

Il n'y a juste plus de gouvernement fédéral.

Plus de chauffeur dans la locomotive mais le train roule encore.

C'est tout de même chez nous qu'est arrivé le premier train du continent, quand la Belgique était deuxième puissance mondiale. C'était le bon temps.

Depuis, on se contente de suivre les rails, en espérant qu'ils nous mènent ailleurs que dans le mur. Ou qu'on ne déraille pas bien avant...

 

Mais ce qu'on ne nous dit pas, c'est que la Belgique va beaucoup mieux depuis qu'elle est en affaires courantes.

 

Car dans tous les autres pays, quand la crise économique est arrivée, les gouvernements en ont profité pour appliquer des mesures d'austérité. Sous prétexte de relancer la machine, ils ont coupé là où ils aiment le faire :

- dans les services publics

- dans les salaires (pour améliorer la compétitivité comme ils disent alors que ça n'améliore jamais que les bénéfices)

- dans les allocations de chômage

- dans les pensions

- dans la sécurité sociale en général.

Pas un n'a pensé à réduire les cadeaux fiscaux aux entreprises, les réductions d'impôts sur les grosses fortunes...

On préfère toujours couper des petits bouts à plein de gens que quelques têtes fortunées.

Faudrait des guillotines pour ça.

Bref, ils ont coupé dans tous les services qui ne servent pas les riches...

Ils ont appliqué la recette miracle chantée d'une seule voix par l'Union Européenne, le fonds monétaire international et les redoutables agences de notation.

Et parmi tous ces bons élèves européens, ce sont les Anglais qui ont appliqué la recette avec le plus de zèle. Et ce sont eux qui se sont, du coup retrouvé avec une nouvelle crise un an plus tard.

Parce que les recettes miracles, c'est exactement comme les miracles tout court : ça n'existe pas.

Si on enlève l'aide pour les plus pauvres, ils sont encore plus pauvres, du coup ils coûtent plus cher à la société, c'est ainsi.

Plus les pauvres sont pauvres et plus les États sont pauvres aussi.

 

Mais la bonne nouvelle, c'est que dans notre petit pays sans gouvernement fédéral, on n'a pas pu appliquer ces coupes franches.

On avait déjà du mal à retenir qui était formateur et qui avait dit quoi sur quelle note... Alors impossible de réformer la sécurité sociale.

L'État n'a pas pu appauvrir les pauvres.

Du coup, nous sommes un des pays qui a le moins ressenti les effets de la crise.

Parce qu'il n'avait pas de gouvernement pour appliquer les réformes injustes.

Pas de gouvernement pour profiter de la crise pour accélérer la locomotive.

Pour nous rapprocher plus vite du mur où nous finirons bien par nous écraser...

 

Un pays sans gouvernement... n'est-ce pas finalement cela le vrai miracle ?

 

Pourvu que ça dure...